ACTUALITES


Affiche Bibli Bourges 3097
                                   Affiches de Jérôme Dupin     Voir la suite ...

Dernière Minute

 

 

  LA TABLE RONDE @edTableRonde

C’est avec une immense douleur que nous avons appris la mort la nuit dernière de Joseph Ponthus, à l’âge de 42 ans, à l’issue d’un combat acharné contre le cancer Il laisse derrière lui un roman publié en 2019 qui l’avait révélé au grand public. À la ligne – Feuillets d’usine, récit puissant, Texte sans ponctuation qui se lit comme un chant ou un poème enragé sur la condition ouvrière, sur ce que subissent les hommes et les bêtes, À la ligne est un livre qui fait entendre la voix de ceux qui en sont le plus souvent privés.Dans ce récit proche de l’épopée, il décrit le quotidien de la condition ouvrière, ses gestes, ses bruits, la fatigue et les rêves confisqués, tout en se souvenant de sa vie d’avant, baignée de culture et d’imagination. À la ligne qui s’est vendu à plus de 70 000 exemplaires avait reçu de nombreux prix littéraires le Grand prix RTL-Lire 2019 , le Prix Eugène-Dabit du roman populiste, le prix Régine Deforges 2019, Récompensé par le premier prix littéraire des étudiants de Sciences Po 2020 ainsi que par le Le prix Emmanuel-Roblès 2020 . Lire la suite
Ponthus bis
DIsparition du poète et traducteur Philippe JACCOTTET
Jaccottet 124091279_o
«Que la fin nous illumine» était le titre de l’un de ses plus célèbres poèmes, où l’on pouvait lire: «L’effacement soit ma façon de resplendir, / la pauvreté surcharge de fruits notre table, / la mort, prochaine ou vague selon son désir, / soit l’aliment de la lumière inépuisable.» Philippe Jaccottet s’est éteint le 24 février, dans sonvillage de Grignan (Drôme), où il s’était installé avec sa compagne Anne-Marie, au début des années 1950, avec pour horizon le mont Ventoux. Il avait 95 ans.
Prosateur, traducteur et critique d’art, choyé par les universitaires, lauréat de prestigieux prix internationaux, Jaccottet était un des rares poètes à être entré de son vivant dans la prestigieuse «Pléiade», en 2014, après Saint-John Perse et René Char.  Le Figaro 25/02/21
  C  O  R  O  N  A  V  I R   U S

 

EO U V  R  T  U    E

La bibliothèque se réorganise peu à peu en fonction des directives qui nous sont régulièrement communiquées par l’UN et le gouvernement.
Compte tenu du contexte actuel et jusqu’à nouvel ordre, à la bibliothèque CBPT
Désormais les permanences habituelles seront assurées ainsi :
le lundi       de 14h30 – 16h30
le mercredi  de 10h30 – 12h30
le jeudi         de 14h30 – 16h30
le vendredi de 14h30 – 16 h30
le samedi    de 14h30 – 16h30
Dans le but d’assurer une fréquentation de la bibliothèque en toute sécurité, nous vous demanderons de bien vouloir respecter les règles sanitaires et gestes barrières obligatoires signalés sur la porte .( Port du masque, Gel pour les mains et désinfection à l’alcool des couvertures, mise en quarantaine de 1 jour après leur retour, pour les livres empruntés, avant de les remettre en circulation  .)

 

10x14.ai
***********************************

Affiche web 72 DPI PAYSAGE 2021 WOOD

En fonction des mesures gouvernementales
La RENCONTRE  avec Muriel BARBERY  mardi 9 février  est  ANNULEE !

BARBERYplaquette

*******************
RENCONTRE  ANNULEE et REPORTEE en 2021 avec Caroline LAURENT
pour son livre : Rivage de la colère Ed. Les Escales 2020 ,

**************

B9725691964Z.1_20210102165047_000+G3UHB2M06.2-0  Romans de la Rentrée Littéraire de janvier 2021
Chez les écrivains, ce sont les auteurs de best-sellers qui s’en sortent le mieux mais les auteurs les moins installés ont beaucoup plus souffert de la crise. Pour 2021, certains signaux sont positifs. Tout d’abord le livre et la lecture ont fait de nombreux adeptes cette année. Et la rentrée littéraire de janvier s’annonce riche.
Près de 493 romans sont sur les rangs, soit 12 de plus que l’année dernière, parmi lesquels 153 romans étrangers et 63 premiers romans. Les « poids lourds » des mots seront également au rendez-vous : Marie N’Diaye  avec La Vengeance m’appartientTahar Ben Jelloun Le Miel et l’amertume, Gallimard, Yasmina Reza publie Serge, Flammarion, Eric-Emmanuel Schmitt, Paradis perdu, Sylvie Germain Brèves de soilitude , Louise Erdrich L’Enfant de la prochaine aurore, Liane Moriarty Trois voeux  Albin Michel , Olivier Adam Tout peut s’oublier Flammarion, Philippe Besson Le Dernier enfant Julliard, Mazarine Pingeot  …

 

PRIX   LITTERAIRES   D’AUTOMNE   2020

Hervé Le TellierL'Anomalie  Prix  Goncourt  2020 

L’écrivain Hervé Le Tellier remporte le prix Goncourt 2020 avec son ouvrage L’Anomalieun roman sur un événement difficilement explicable que l’on va s’acharner à s’explique .L’Anomalie, huitième roman d’Hervé Le Tellier, raconte les suites d’un événement étrange, à savoir qu’un vol Paris-New York se reproduit deux fois, avec les mêmes passagers, à quelques mois d’intervalle. Le récit, haletant, convoque avec brio tous les genres, roman noir, récit littéraire classique, procès-verbaux d’interrogatoire….

« Une époque « pas très réjouissante »
« L’idée c’est que puisque Trump est là, puisque Trump est la cause de la destruction du monde, la vision du livre c’est de proposer une autre version du monde, où Biden est président », a-t-il dit. « C’est une option possible de lecture. (…) Les livres offrent des options il n’y a pas de dénouement en littérature, il y a des noeuds, et moi je l’ai noué comme ça », a-t-il expliqué. « Ce livre va faire du bien à beaucoup de monde en ce moment parce que nous vivons une époque comme tout le monde le sait, pas très réjouissante. Ce livre va enchanter beaucoup de monde. Merci de l’avoir écrit », a commenté l’écrivain Tahar Ben Jelloun, membre de l’Académie Goncourt, en visioconférence.

Prix Goncourt des Lycéens

Djaïli AMADOU AMAL Les Impatientes   Ed. Emmanuelle Colas

     Djali Amadoou  Goncourt Lycéens 2020

« Un roman poignant, qui lève le voile sur la condition des femmes au Sahel. Une des valeurs sûres de la littérature africaine. »

Prix Renaudot 2020 Marie Hélène Lafon  Le Prix Renaudot 2020 a été attribué à Marie-Hélène Lafon pour Histoire du fils Buchet-Chastel, une saga qui court sur un siècle, de 1908 à 2008.Le personnage principal, André, élevé par sa tante, y perce un secret de famille en explorant sa généalogie .
 Dominique Fortier l’emporte dans la catégorie essai pour Les Villes de papier Grasset , une biographie de la poéte américaine Emily Dickinson

Gd Prix Académie française  Grand Prix de l’Académie française

Étienne de Montety reçoit le Grand Prix du Roman 2020 pour son livre La Grande Épreuve  Ed. Stock , librement inspiré du massacre du prêtre Jacques Hamel lors de l’attentat islamiste dans la petite église normande de Saint-Etienne-du-Rouvray,  en juillet 2016. Le roman évoque la force spirituelle du prêtre, mais essaie surtout de retracer la radicalisation et le déchaînement de deux jeunes garçons atteints de troubles d’identités et qui s’accrochent ensuite à une idéologie meurtrière trouvée sur internet.  (Rfi 26/11/20)

Tous les Prix Inrocku  Prix Les Inrockuptibles 2020
La création du Prix Les Inrockuptibles s’impose comme une suite cohérente et évidente au travail critique, journalistique, effectué avec passion et conviction tout au long de l’année, ainsi qu’une extension logique du numéro de rentrée littéraire, devenu, au fil des décennies, un véritable rendez-vous pour tous les amoureux des livres.
Prix Inrockuptibles auteurs Prix Inrockuptibles Livres
Lauréats ex æquo dans la catégorie Prix du roman (ou récit littéraire) français : Constance Debré Love me tender Flammarion & Eric Reinhardt Comédies Françaises Gallimard
Lauréat dans la catégorie Prix du roman (ou récit littéraire) étrangerAharon Appenfeld  Mon père et ma mère trad de l’hébreu par Valérie Zenatti Ed L’Olivier
Le prix du premier roman ou récit littéraire va à Fatima Daas pour La Petite Dernière,Notabilia  17/11/20
Prix Landerneau Lola Lafon  Prix Landerneau des Lecteurs 2020
Distingué par un jury de 230 lecteurs, Chavirer est un roman qui s’inscrit dans le sillage du mouvement #MeToo et de l’affaire Matzneff. 14/10/20
Le roman raconte l’histoire de jeunes filles prises dans la toile d’un réseau pédophile qui se fait passer pour une fondation philanthropique, avec un système de recrutement entre les victimes elles-mêmes. Cléo, 13 ans, est au coeur de ce système, rongée par la honte et la culpabilité, en quête de pardon.
Prix Medicis Cloé Delaume  Prix Médicis 2020
Le jury du prix Médicis 2020 a récompensé, vendredi 6 novembre,  Chloé Délaume pour Le cœur synthétique paru au Seuil. Le prix Médicis du Roman étranger a été attribué à Un promeneur solitaire dans la foule d’Antonio Muñoz Molina, traduit par Isabelle Gugnon, publié également au Seuil,
Prix Femina 2020 Prix Femina 2020
 «Je reçois un prix prestigieux alors qu’on ne peut plus vendre de livres», a déclaré Serge Joncour à nos confrères de France Info. Serge Joncour a remporté lundi, avec Nature humaine (Flammarion), le prix Femina du roman français, alors que la plupart des autres récompenses littéraires ont reporté leur édition en attendant la réouverture des librairies. ( Le Figaro 3/11/20 )
Prix Femina étranger 2020 Prix Femina étranger 2020
Deborah Levy est récompensée pour son diptyque autobiographique,  Le Coût de la vie  et  Ce que je ne veux pas savoir

 

****************
Grande Librairie 2020  C’est la rentrée de La Grande Librairie ! Voir les émissions précédentes …
       Mercredi 17 février
Cette semaine, les romanciers refont l’histoire des origines de l’humanité à nos jours dans La Grande Librairie.
       C’est un prodigieux défi que se lance Éric-Emmanuel Schmitt : nous raconter rien moins que l’histoire de l’humanité en huit tomes. Dans Paradis perdus (Albin Michel), il commence cette traversée du temps avec un homme du néolithique. Né il y a 8000 ans, Noam rencontre Noura, une femme imprévisible et fascinante, avant de faire face à une calamité célèbre : le Déluge. Un récit historique comme un roman d’aventure !
      Hédi Kaddour revient avec un magnifique roman, La nuit des orateurs (Gallimard). À Rome, au Ier siècle de notre ère, le sénateur Publius Cornelius – dit Tacite – se sent menacé par l’empereur. Tandis que sa femme, Lucretia, décide d’aller plaider la clémence auprès du souverain, tout Rome se rend à la lecture publique d’un récit grotesque et très vif dont l’auteur est un certain Pétrone.
          Le Diable parle toutes les langues (Albin Michel) de Jennifer Richard est Basil Zaharoff, légendaire marchand d’armes du XXe siècle. Magnat de la presse, de la finance et du pétrole, il a toute sa vie manœuvré sans éthique et sans remords pour nourrir la guerre. Pourtant, l’auteure dresse un portrait bien plus complexe que la légende noire du vautour responsable de millions de morts.
    À quatre-vingts ans passés, Mado vit à Perpignan et se souvient de son enfance au Cameroun et de son départ pour la France lors de la deuxième guerre mondiale. La France où elle subit le racisme, mais aussi où elle devient l’amie des plus célèbres artistes: Picasso, Matisse, Chagall, Dali… Eugène Ébodé signe avec Brûlant était le regard de Picasso (Gallimard) un très beau portrait de cette muse méconnue.
Enfin, notre grand concours de lecture à voix haute ouverte à tous les collégiens et lycéens se poursuit. Comme chaque semaine, un écrivain ou un comédien offre de précieux conseils. Ce mercredi, c’est Jérôme Ferrari qui s’est rendu à la rencontre d’élèves du lycée Fesch d’Ajaccio, en Corse. 
      Mercredi 27 janvier
Je vous propose cette semaine une rencontre exceptionnelle autour d’ouvrages qui croisent l’histoire, la philosophie, les sciences et les contes.
Bruno Latour est un philosophe dont les ouvrages traitent de la mutation écologique. Dans Où suis-je ? (Les Empêcheurs de Penser en Rond), il affirme qu’il nous faut tout réinventer : le droit, la politique, les arts, l’architecture, la ville… Une réflexion sur le confinement et un stimulant éloge de la métamorphose.
Boris Cyrulnik propose un véritable traité de psycho-écologie : Des âmes et des saisons (Odile Jacob). Le plus célèbre des neuropsychiatres y démontre que les êtres humains ne sont pas séparables de leur contexte, de leur milieu, de leur environnement. Bref, que notre environnement nous définit !
Ils seront rejoints, en deuxième partie d’émission, par Lucie Taïeb.
Lucie Taïeb signe Freshkills (La Contre Allée). Freshkills, c’est le nom de l’une des plus grandes décharges à ciel ouvert du monde, aujourd’hui fermée pour être recyclée en parc, à New York. La poète et traductrice y mène une enquête admirable qui tient à la fois du reportage et du récit de mémoire.
 
     Mercredi 20 janvier
Crise du masculin et détour par les musées, c’est le programme de La Grande Librairie cette semaine !
   Explorer sa « garçonnité », interroger les frontières entre masculin et féminin et le malaise dans le masculin, c’est l’ambition d’Ivan Jablonka dans ce nouvel essai. Pour cela, il se lance dans une véritable enquête sur son enfance, sa famille, sa formation. Un Garçon comme vous et moi (Seuil) est une « autobiographie de genre » mais aussi le portrait d’une génération.
   C’est une journée particulière que nous raconte Philippe Besson : bientôt, Anne-Marie verra son dernier fils, Le Dernier enfant (Julliard), quitter la maison familiale. Au fil des heures, elle vacille face à l’inconnu qui s’ouvre devant elle. Un roman sensible et délicat sur le vertige de cette mère qui redevient femme.
   À son tour, Leïla Slimani s’est laissée enfermer dans un musée, les collections d’art de la Fondation Pinault à Venise. Une nuit blanche et un livre pour parler d’elle, de l’enfermement, du mouvement, du voyage, de l’intimité, de l’identité, de l’entre-deux, entre Orient et Occident. Une confession à la fois grave et légère comme Le Parfum des fleurs la nuit (Stock).
 
      Mercredi 13 janvier 2021 
Camille Kouchner publie un livre qui fera date. Dans La familia grande (Seuil), elle raconte comment son beau-père a abusé de son frère jumeau quand ils étaient adolescents. Mais aussi l’omerta et la fabrique du silence. Elle a choisi La Grande Librairie pour en parler en exclusivité.

 

Mercredi 2 décembre
Cette semaine, une pincée de fantaisie, quelques doigts de farfelu, un brin de loufoque, le tout assaisonné à l’humour…
François et Valentin Morel vous diront avec esprit ce qui relève de l’utile et de l’inutile (en cette période où tout le monde semble avoir du mal à savoir ce qui « essentiel » et « inessentiel ») : père et fils publient un subtil et subversif Dictionnaire amoureux de l’inutile (Plon).
A leur côtés, Hervé Le Tellier, le romancier oulipien, sélectionné dans le carré final du Prix Goncourt, nous offre le plus malicieux des thrillers, L’Anomalie (Gallimard).
FabCaro s’est fait connaître comme auteur de bandes dessinées, cet automne il triomphe comme romancier avec Broadway (Gallimard), petite pépite de bonne humeur.
Enfin, Chloé Delaume, qui a reçu le Prix Médicis pour Le cœur synthétique (Seuil), satire très réussie du monde de l’édition et de la condition féminine post-moderne.
Enfin, plus que quelques jours pour inscrire vos classes à notre grand concours de lecture à voix haute à l’adresse suivante : https://lumni.fr/concourslgl. Lundi 30 novembre 2020 à 23h, il sera trop tard ! Et je vous proposerai comme chaque semaine les conseils d’un comédien. Un habitué des planches qui a enseigné au conservatoire national d’art dramatique et en qui les fans de la série Engrenages reconnaîtront le juge Roban : Philippe Duclos nous livrera son tuto.
À mercredi, 20h50, sur France 5 !

Mercredi 25 novembre
Nous sommes confinés ? Et si nous en profitions pour tenir un journal intime, jouer avec les mots, retrouver la poésie ? C’est le programme de La Grande Librairie cette semaine.
J.M.G. Le Clézio, prix Nobel de littérature, nous fait (re)découvrir la poésie Tang. Le flot de la poésie continuera de couler (Philippe Rey) est un magnifique ouvrage, illustré de calligraphies et de peintures chinoises : un chant d’amour à ces poètes qui nous invitent « au voyage hors de nous-mêmes ».
Charles Juliet est l’un des plus grands écrivains contemporains. Ce grand poète publie aujourd’hui le dixième volume de son Journal, Le jour baisse (P.O.L.) qui couvre quatre années, de 2009 à 2012. Ici, il se livre sur sa famille, l’armée (il fut enfant de troupe), le rugby, mais surtout les mots et l’écriture.
 Jeanne Cherhal est chanteuse, elle écrit et compose ses chansons… et publie son premier livre : À cinq ans, je suis devenue terre à terre (Points) est un abécédaire très personnel et plein d’humour, de la poésie qui nous en-chante !
Enfin, notre grand concours de lecture à voix haute ouvert à tous les collégiens et lycéens se poursuit. Et c’est déjà un succès, avec 3 000 classes inscrites ! Vous êtes enseignant au collège ou au lycée et souhaitez faire concourir une ou plusieurs de vos classes ? C’est la dernière ligne droite ! Il ne reste plus que dix jours, jusqu’au lundi 30 novembre 2020, pour s’inscrire à l’adresse suivante : http://lumni.fr/concourslgl.
Et comme chaque semaine, un écrivain ou un comédien offre de précieux conseils. Ce mercredi, c’est Gaël Faye qui est allé à la rencontre des élèves de la classe de quatrième du collège Perrot d’Ablancourt à Châlons-en-Champagne.
 
    Mercredi 30 septembre 2020
Vieillir, se souvenir, vivre… Qui a dit que la vieillesse était un naufrage ? Certainement pas les invités de La Grande Librairie !
Philippe Labbro, Laure Adler …
 
    Enfin, noGisèle Halimius rendrons hommage à Gisèle Halimi avec la journaliste Annick Cojean, qui vient de signer un excellent livre d’entretiens avec la grande avocate disparue en juillet dernier : Une farouche liberté (Grasset) raconte soixante-dix ans de combats, d’engagement au service de la justice et de la cause des femmes. C’est aussi un appel aux nouvelles générations afin de lutter contre toutes les formes injustices.
    
   Mercredi 2 septembre 2020
Comment les livres construisent les adultes que nous devenons ? Réponse dans cette première émission avec quatre grands romanciers de la rentrée sur le thème  » Livre, Vivre et Grandir  »
    Une rentrée littéraire ne serait pas tout à fait une rentrée pour La Grande Librairie sans Amélie Nothomb… marraine de cette émission depuis le tout premier chapitre de notre aventure il y a maintenant 12 ans ! Dans son 29ème roman, Les Aérostats (Albin Michel), la romancière raconte le destin d’un lycéen solitaire, dyslexique, qui n’aime pas les livres. Pourtant, lorsqu’il rencontre Ange, étudiante en philologie de 19 ans, il se transforme… et découvre le pouvoir de la littérature. Pour le meilleur et pour le pire !
   
 rl-rentree-litt-08-2020b

RENTREE LITTERAIRE 19 Août 2020

Avec 511 romans à paraître entre août et octobre 2020, selon le magazine Livres Hebdo, la rentrée littéraire saura contenter tous les appétits de lecture. Alors que la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 a affecté profondément le monde du livre, les éditeurs ont fait le choix de resserrer (très) légèrement leur production par rapport à 2019, qui affichait 524 nouveautés. Les premières victimes sont évidemment les premiers romans (ils étaient 82 en 2019, ils ne sont plus que 65) et les romans étrangers (366 romans français contre 336 l’an passé). Parmi le déluge de valeurs sûres sur lesquelles misent les éditeurs, nous avons sélectionné vingt romans incontournables de cette rentrée littéraire d’automne.
Les Aérostats d’Amélie Nothomb                                      Albin Michel
Le Sel de tous les oublis de Yasmina Khadra                  Julliard
Yoga d’Emmanuel Carrère                                                  P.O.L
Une Rose seule de Muriel Barbery                                     Actes Sud
Chavirer de Lola Lafon                                                        Actes Sud
Nature humaine de Serge Joncour                                     Flammarion
Les Démons de Simon Liberati                                           Stock
Fantaisie allemande de Philippe Claudel                           Stock
Les Evasions particulières de Véronique Olmi                  Albin Michel
Fille de Camille Laurens                                                       Gallimard
Comédies françaises d’Eric Reinhardt                                Gallimard
Un Jour viendra couleur d’orange de Grégoire Delacourt Grasset
La Discretion de Faïza Guène                       Plon
Un Enlèvement de François Bégaudeau     Verticales
Saturne de Sarah Chiche                              Ed du Seuil
Histoires de la nuit de Laurent Mauvignier Ed de Minuit
Quichotte de Salman Rushdie                     Actes Sud
Le Crépuscule et l’aube de Ken Follett      Robert Laffont
Impossible d’Erri de Luca                           Gallimard Du Monde Entier
Nickel Boys de Colson Whitehead             Albin Michel
CNews Par Virginie Jannière –Mis à jour le Publié le
GRASSET La  Rentrée littéraire est lancée !  Dans cette Newsletter, découvrez nos parutions de la semaine : le nouveau roman de Grégoire Delacour et le livre testament de Gisèle Halimi, écrit avec Annick Cojean.
Nous vous proposons également des  rencontres littéraires avec Isabelle Carré, Frédéric Beigbeder, Pascal Quignard, Metin Arditi …

PRIX  LITTERAIRES  D’AUTOMNE 2020

le-livre-sur-la-place-2020-5f3e8b172844c PRIX LITTÉRAIRE Stanislas de Nancy 2020                            9782358876797-5e981cd5cdd07 Laurent Petitmangin Ce qu’il faut de nuit remporte le Prix Stanislas
Les jurés du Prix Stanislas, présidé par Jean-Christophe Rufin ,  ont élu Ce qu’il faut de nuit de Laurent Petitmangin meilleur premier roman de la rentrée littéraire 2020. L’auteur sera au festival Le livre sur la place pour y recevoir le Prix Stanislas le 12 septembre à l’Hôtel de ville.
Ce qu’il faut de nuit est l’histoire d’un père qui élève seul ses deux fils. Les années passent et les enfants grandissent. Ils choisissent ce qui a de l’importance à leurs yeux, ceux qu’ils sont en train de devenir. Ils agissent comme des hommes. Et pourtant, ce ne sont encore que des gosses. C’est une histoire de famille et de convictions, de choix et de sentiments ébranlés, une plongée dans le cœur de trois hommes.
Laurent Petitmangin, dans ce premier roman fulgurant, dénoue avec une sensibilité et une finesse infinies le fil des destinées d’hommes en devenir.
******************
 
Gone with the wind Pourquoi il faut (re)lire  Autant en emporte le vent . Lire la suite …

*****************

Dans les geôles   Le Pays des autres

D E C O N F I N E M E N T   EN   L I B R A I R I E 

Enfin ! Enfin, déconfinement oblige , les lecteurs ont pu pousser la porte des librairies. Et, faute de nouveautés, ils se sont rués sur les ouvrages sortis en début d’année. Quelques chiffres en diront plus que de longs discours : les ventes de  Dans les geôles de Sibérie le récit haletant de Yoann Barbereau ( que nous accueillerons à Bourges, le 17 septembre ) sur sa détention russe, ont été multipliées par… huit par rapport à la semaine précédente ! Celles du dernier roman de Leïla Slimani, Le Pays des autres, qui trône sur la plus haute marche de notre podium des romans, ont connu une augmentation de +345%, ce qui représente 8500 exemplaires sur la semaine. Idem pour toutes les valeurs sûres : Pierre Lemaitre (+300%), Sylvain Tesson (+250%), ou encore Le Clézio et Vanessa Springora.   Par Jérôme Dupuis, L’Express

************

Prix du Livre Inter 2020  Prix du Livre Inter 2020 : Anne Pauly Avant que j’oublie Ed. Verdier
Philippe Lançon, président du jury du 46e prix du Livre Inter cette année, a annoncé la lauréate du prix du Livre inter 2020 dans le journal de 8h de France inter. C’est un premier roman qui a été récompensé .Le roman est aussi recommandé par l’Académie Goncourt parmi les lectures de l’été.
Avant que j’oublie commence à la mort du père de la narratrice, un unijambiste alcoolique et poète sensible: « Le soir où mon père est mort, on s’est retrouvés en voiture avec mon frère, parce qu’il faisait nuit, qu’il était presque 23 heures et que passé le choc, après avoir bu le thé amer préparé par l’infirmière et avalé à contre-cœur les morceaux de sucre qu’elle nous  tendait pour qu’on tienne le coup, il n’y avait rien d’autre à faire que de rentrer. »
Elle doit vider la maison familiale de Carrières-sous-Poissy. Ce capharnaüm invraisemblable devient un réseau de signes et de souvenirs éclairant la personnalité de ce colosse fragile. Un jour, comme venue du passé, une lettre arrive qui dit toute la vérité sur ce père aimé et violent, malgré la distance sociale. « Qui sont les parents ? On ne sait jamais vraiment. Et quand ils partent, le mystère reste un peu entier. Donc il s’agissait de faire une enquête, justement, et la mener avec tendresse, sans excuser, mais en essayant de comprendre et de ramener cet homme à l’âme qu’il avait, c’est à dire l’âme drôle et l’âme poète » expliquait l’écrivaine lors d’un entretien début mai à Eva Bettan sur France Inter Livre Hebdo le 8/06/20 .

*****************

P R I X    C  B  P  T   2020  :   Ame brisée  d Akira  MIZUBAYASHI

AKIRA Prix des Libraires  Ame brisée
Akira Mizubayashi consacré par le Prix des Libraires 2020 pour Âme brisée paru chez Gallimard 2019 .
L’auteur, Akira Mizubayashi, qui écrit aussi bien en français qu’en japonais,  en duplex depuis le Japon, a quant à lui exprimé sa joie : « Je ne m’y attendais absolument pas, pour moi être publié par Jean Marie Laclavetine était déjà énorme, imaginez la surabondance de joie et de bonheur que vous me procurez par cette décision extraordinaire de me décerner cette distinction ! Elle me fait d’autant plus plaisir que je sais depuis ma première publication en français comment vous, les libraires, vous travaillez au quotidien pour transmettre la passion de la littérature et votre goût de la lecture. Je me considère comme l’un des écrivains les plus heureux et les plus chanceux de l’année 2019 – 2020 ! »
*A noter que ce grand et beau roman qui faisait partie de la sélection pour le Prix CBPT a été presque à l’unanimité, retenu par les bibliothécaires CBPT de Bourges .qui espèrent que ce Prix CBPT lui sera bientôt aussi décerné .cf Coup de coeur …
1667__desktop_Rivage_de_la_colere_Prix_maison_de_la_presse_2020-article    Eric Fottorino, président du jury du  le 51éme Prix des Maisons de la Presse, a décerné ce prix  à Caroline Laurent, pour son ouvrage Rivage de la colère  Les Escales 2020 .

« Très beau livre pour un très beau prix, bravo à la lauréate Caroline Laurent. » Eric Fottorino .

Toutes nos Félicitations à Caroline Laurent que nous accueillerons à Bourges en octobre 2020 !

*********

L I R E  &  R E L I R E …
   La Peste 2 Le HussardL'Amour Choléra
Vaut-il mieux lire La Peste ou L’Amour aux temps du choléra ?Réponses avisées d’une pléiade d’écrivains et intellectuels : Lire la suite …

**********************

jean-christophe-rufin_4705931 « Confiné chronique » et « de luxe », sport, écriture…L’écrivain berruyer Jean-Christophe Rufin raconte son confinement . »Le confinement se passe avec des lectures«  Lire la suite …

Sylvain Tesson confiné Sylvain Tesson : « La première victoire du virus, c’est la peur » « Je me suis précipité sur deux petits romans qui parlent de la retraite…c’est la possibilité de s’échapper en lisant ou en écrivant ». Lire la suite ...

47383_nora_o_18_dion * Les conseils de lecture des Editions Grasset  22/04/20, afin de garder le contact entre les libraires et les lecteurs .

« Lorsque nous serons lassés des réseaux sociaux véhiculant des nouvelles supposément puisées aux sources des meilleurs experts ou des plus hautes autorités de l’Etat, gavés de séries jusqu’à la nausée, saturés de reportages sur le même sujet, fatigués des blagues qui tournent en boucle sur les réseaux,quel bonheur de retrouver la lecture!
Bienvenue à la recherche du temps de cerveau retrouvé. »
Olivier Nora, P-DG des Editions Grasset

***************

* Confinement : « Lire ou écrire, c’est une manière d’écarter les murs », pour le romancier et dramaturge Éric-Emmanuel Schmitt

ieric emma Confinement : « Lire ou écrire, c’est une manière d’écarter les murs », pour le romancier et dramaturge Éric-Emmanuel Schmitt
Au 34e jour de confinement, le 19 avril, l’écrivain Eric -Emmanuel Schmitt  est l’invité de France 2. « J’ai eu peur en début du confinement de me retrouver en face de l’ennui, la vie toute nue comme disait Paul Valéry. En fait, je n’ai jamais été aussi occupé », remarque le dramaturge.
« Se retrouver dans le monde »
« J’ai achevé l’écriture d’un livre, parce que finalement lire ou écrire, c’est une manière d’écarter les murs, voire de passer les murs et d’à nouveau de se retrouver dans le monde au milieu des gens », poursuit-il même s’il reconnaît qu’après un mois d’enfermement, « il y a une vraie impatience de retrouver pour de vrai les gens ».

****************

index Philippe Lançon président du jury du Livre Inter 2020 .
Philippe Lançon président du jury du Livre Inter 2020 est l’invité principal de la Matinale de France Inter ce mardi 7 avril. L’émission est aussi l’occasion de révéler la sélection des dix romans en lice pour le prix, dont le lauréat sera connu le 8 juin.

 

Sélection Prix Livre Inter 2020
 *****************

-devorez-des-livres-1189002574578127

Les Bibliothécaires  vous  souhaitent   une Joyeuse  Année  2020

avec de Belles Lectures !

 Avec  Jules Renard nous vous souhaitons ces moments de  bonheur partagé :
 » Quand je pense à tous les livres  qu’il me reste encore à lire,
  j’ai la certitude d’être encore heureux  »  !!!

*************

Livre Paris Un événement majeur du monde de l’édition
**ANNULATION – L’édition 2020 du salon Livre Paris a été annulée, dimanche 1er mars. Une décision faisant suite à l’interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes en milieu confiné pour lutter contre la propagation du coronavirus
  
Nuit de la lecture 2  Nuit de la lecture 
« La lecture est une amitié ». Cette quatrième édition de la Nuit de la lecture viendra donner raison à Marcel Proust et vous invite toutes et tous à partager cette amitié.
Parce que les livres sont des amis fidèles dont on perd quelquefois le souvenir mais qui toujours se rappellent à nous ;
Parce que les mots se lisent, se disent, se partagent et se laissent découvrir ;
Parce que notre langue s’enrichit du dialogue et rassemble autour d’elle ;
Lire des romans, des essais, des carnets de voyage … ou encore écouter des lectures d’extraits, des chroniques de livres…. peu importe le médium, tant que le plaisir et les partages sont au rendez-vous.
À toutes et tous, très belle Nuit de la lecture !
Franck Riester
 

 RENCONTRE  ANNULEE  !!!

plaquetteSTPERN


La Grande Librairie 2019 9a95df2b1c30ee78ec3e0bfbb6db46131c8c1391

 

 

Voir les émissions précédentes…

La Grande Librairie est de retour pour une douzième saison ! Je suis très heureux de vous retrouver dès mercredi prochain, toujours en direct et en public : je vous promets de nombreuses surprises et des nouveautés !

Je  vous souhaite  à toutes et à tous  une très belle et très bonne  année 2020!

      Mercredi 1er juillet
Pour la dernière Grande Librairie de l’année (et avant de vous retrouver dès le mercredi 26 août, toujours à 20h50), je vous propose ce mercredi le meilleur de la littérature d’évasion : du polar, du thriller, de l’aventure, du fantastique… bref, des romans qui vont vous ravir tout l’été !
  Jean-Christophe Rufin publie une nouvelle enquête d’Aurel le Consul. Dans Le flambeur de la Caspienne (Flammarion), l’Académicien et ancien ambassadeur de France met le cap sur l’Azerbaïdjan. Des vacances à Bakou, ça vous tente ?
  Franck Thilliez revient avec son meilleur roman depuis bien longtemps : Il était deux fois (Fleuve Noir) m’a littéralement bluffé ! Un suspense glaçant autour de la mémoire et de la création artistique.
   Depuis la parution de son premier thriller il y a près de 10 ans, Glacé, les romans de Bernard Minier sont traduits dans le monde entier. Dans La Vallée (XO), il confie une nouvelle enquête à son personnage récurrent, le commandant Martin Servaz, dans une communauté au bord du chaos.
Sonja Delzongle s’est imposée en quelques années comme une formidable auteure de thrillers psychologiques. Hanah Baxter, profileuse au passé trouble, est confrontée aux pires dérives de l’humanité dans L’homme de la plaine du Nord (Denoël). Une sacrée claque !
   Mais mon grand coup de cœur, c’est l’extraordinaire premier roman de Joseph Denize, Quand on parle du diable (Julliard) : entre Lovecraft, Jean Ray, Boulgakov (on pense au Maître et Marguerite) et Pierre Lemaitre (celui d’Au-revoir là-haut), il nous embarque dans une folle odyssée entre le Paris de la Première guerre mondiale et l’Outre-monde à la poursuite d’un tableau qui tue. Une REVELATION à mettre en avant tout l’été, non ?
   Enfin Douglas Kennedy, maître du thriller mais aussi grand explorateur des ressorts de l’intimité, nous offre un roman sur le Paris des années 70-80-90 : Isabelle, l’après-midi (Belfond). Quand un étudiant américain sans le sou rencontre une française sophistiquée, mystérieuse et… mariée. C’est le début d’un va-et-vient amoureux que rend palpitant l’auteur de L’homme qui voulait vivre sa vie.
Enfin, pour préparer la finale de notre concours de lecture à voix haute, « Si on lisait… à voix haute », qui se déroulera le 26 août prochain et départagera 12 élèves parmi les 140 000 participants de cette année, la comédienne Clotilde Courau vous dit tout sur les secrets de la lecture à haute voix !
 
Mercredi 24 juin
Et si on mettait un peu de piment dans la vie ordinaire grâce à la littérature et aux femmes qui écrivent ?
   Chantal Thomas, l’auteur de L’Adieu à la Reine et L’Echange des Princesses, traduits dans de nombreux pays, publie aujourd’hui Café Vivre (Seuil). Un recueil de ses chroniques parues dans le journal Sud Ouest qui se lit, au fil de ses rencontres, de ses lectures et de ses souvenirs, comme un journal de voyage. À condition de croire « que chaque matin contient une occasion de départ et une chance d’aventure », nous dit l’auteur.
Adèle Van Reeth se penche sur La vie ordinaire (Gallimard). Qu’est-ce que « la vie ordinaire » ? Comment la supporter ? Et pourquoi est-il impossible d’y échapper ? La philosophe, écrivain et journaliste signe là un essai sur le banal, le quotidien, qui est aussi le récit très personnel de la disparition d’un parent et de la naissance d’un enfant, d’une vie qui se termine tandis qu’une autre commence.
Lettre d’amour sans le dire (Grasset) est le onzième roman d’Amanda Sthers. L’écrivaine, scénariste, dramaturge et réalisatrice y raconte l’histoire d’une femme empêchée, prisonnière de ses peurs et de ses souvenirs. Pourtant, grâce à une rencontre avec un masseur japonais, Alice va se réconcilier avec son corps. Et même entrevoir la possibilité du bonheur.
Et puis un magnifique premier roman, couronné récemment par le Prix du livre Inter : Avant que j’oublie (Verdier) d’Anne Pauly. Une jeune femme dresse le portrait de son père qui vient de disparaitre. Mais qui était vraiment ce père alcoolique, violent mais aussi sensible et épris de poésie ? De qui et de quoi hérite-t-on ? Un livre à la fois dur, drôle et d’une infinie délicatesse…
Enfin, cette semaine, c’est le comédien Philippe Torreton qui nous donnera des conseils pour bien lire à voix haute, dans le cadre de notre grand concours « Si on lisait… à voix haute ».
 Mercredi 3 juin
Trois philosophes et un neuropsychiatre seront ce mercredi dans La Grande Librairie pour nous aider à penser le « monde d’après ».
   Bernard-Henri Lévy s’essaie à un bilan d’étape sur ce qu’il nomme la « Première peur mondiale ». Dans Ce virus qui rend fou (Grasset), il dit sa crainte de voir l’ « après » confisqué par les tyrans, les déclinistes ou autres collapsologues. Une réflexion sur le monde avec lequel nous avons rendez-vous aujourd’hui.
Et si nous ne devions pas changer le monde mais plutôt le penser mieux pour mieux le panser ? C’est ce que nous propose la philosophe Corine PelluchonRéparons le monde : humains, animaux, nature (Rivages poche inédit) est un appel à prendre conscience du lien qui nous unit aux autres êtres vivants, pour vivre ensemble sur une planète habitable.
Faut-il espérer, après la crise que nous venons de vivre, que le monde change radicalement ? Ou faut-il préférer à un « Grand Soir » la mesure et la modestie ? Avec Les Lents demains qui chantent (L’observatoire), la philosophe Marylin Maeso, auteure également d’un Abécédaire Camus (L’Observatoire), nous invite à penser le présent avec Albert Camus.
   Enfin, le neuropsychiatre Boris Cyrulnik publie avec le romancier Boualem Sansal France – Algérie, résilience et réconciliation en Méditerranée (Odile Jacob). Un livre à deux voix pour redécouvrir l’Algérie, l’histoire de son indépendance et la relation tumultueuse qui lit nos deux pays.
Et, à l’occasion de notre grand concours « SI ON LISAIT… À VOIX HAUTE », c’est Marina Hands qui, cette semaine, nous donnera ses conseils pour bien lire à voix haute.

    Mercredi 27 mai
L’argent fou, l’argent roi, l’argent qui creuse les inégalités sociales, l’argent que l’on braque ou celui que l’on perd… Il est au cœur des romans de mes invités cette semaine dans La Grande Librairie !
   C’est le retour de Joël Dicker ! L’auteur de La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, nous plonge au cœur d’une affaire d’héritage : le fils d’un banquier, sur le point de prendre la tête de l’entreprise familiale, découvre que sa propre famille tente de l’évincer. Jusqu’où est-il prêt à aller pour s’asseoir sur le fauteuil présidentiel ? Le romancier suisse décrypte le très secret mécanisme du monde bancaire dans son nouveau roman, L’Énigme de la chambre 622 (Éditions de Fallois).
    Mon (très) gros coup de cœur de la semaine : La soustraction des possibles (Finitude) de Joseph Incardona. L’histoire d’un couple qui entend devenir riche : il est gigolo, elle est banquière.  Ce faux polar est une vraie réussite. C’est à la fois un excellent thriller, un grand roman d’amour, un livre sur les ambitions et l’argent qui rend fou, sur le sexe, sur la vendetta et c’est aussi une réflexion sur la vie qui, au fur et à mesure qu’elle avance, mérite de porter ce titre : « La soustraction des possibles ».
     Un héritage, encore, au cœur du nouveau roman d’Hannelore Cayre. Une fille de marin se découvre par le plus grand des hasards la descendante d’une des familles les plus riches de France. Mais dont la fortune repose sur des magouilles et l’exploitation. Hannelore Cayre, avocate pénaliste et auteure de polars signe avec Richesse oblige (Éditions Métailié) un livre corrosif et brillant.
   Christophe Molmy est le patron de la Brigade de recherche et d’intervention, la brigade antigang. Mais c’est aussi un romancier. Dans son troisième livre, Après le jour (La Martinière), un détenu devient l’indic de celui qui l’avait arrêté dix ans plus tôt et lui donne une affaire pour obtenir sa libération. Mais entre le flic et l’indic, pris dans une rupture amoureuse, qui manipule qui ? Un roman hyper-réaliste et haletant.
    John le Carré est le maître absolu du roman d’espionnage. Dans Retour de service (Seuil), il évoque le monde actuel : le Brexit, Trump, Poutine, des services secrets où végète une clique d’espions décatis. Soudain, tous sont pris dans un piège infernal. Je vous propose de revoir l’interview que l’écrivain britannique m’avait accordée il y a deux ans dans sa maison des Cornouailles, au sud de l’Angleterre : il raconte, notamment, son passé d’espion.
    Enfin, à l’occasion de notre grand concours « SI ON LISAIT … A VOIX HAUTE », c’est Elsa Lepoivre, de la Comédie française qui, cette semaine, nous donnera ses conseils pour bien lire à voix haute.
 
       Mercredi 20 mai
Après cette crise, saura-t-on inventer d’autres façons de vivre ensemble et d’habiter le monde ? Réponse cette semaine dans La Grande Librairie avec des scientifiques, philosophes, romancières, et même une navigatrice !
     C’est une édition revue et augmentée de son livre Le plus grand défi de l’humanité (Michel Lafon) que publie Aurélien Barrau. Il y appelle à une révolution écologique. Une idée qu’il défend également dans une tribune publiée le 6 mai dernier dans Le Monde, dans laquelle il plaide, aux côtés de Juliette Binoche et plus de 200 personnalités, pour un « non-retour à la normale ».
      Baptiste Morizot est philosophe. Dans Manières d’être vivant (Actes Sud), il montre que, alors que nous considérons le vivant autour de nous comme un décor à notre usage, il nous faut aujourd’hui transformer nos manières de vivre pour réapprendre à voir que le monde est peuplé d’entités prodigieuses, des animaux aux espèces végétales ou bactériennes. Un véritable plaidoyer pour que l’homme restitue toute sa place au vivant.
     Isabelle Autissier est la plus célèbre des navigatrices françaises, première femme à avoir accompli un tour du monde lors d’une compétition. Mais c’est aussi une citoyenne engagée, présidente du WWF France, qui appelle aujourd’hui au changement. Et une auteure et lectrice accomplie, qui a lu pour La Grande Librairie la nouvelle traduction du Magellan de Stefan Zweig (Robert Laffont) par Françoise Wuilmart.
     Après le monde (Buchet Chastel), c’est le beau titre du roman que publie Antoinette Rychner. En 2022, un cyclone a ravagé la côte ouest des Etats-Unis, et entraine la faillite de tout le système financier mondial. Inspirée par les théories de la « collapsologie », la romancière livre un magnifique récit  de l’après-catastrophe.
    Et puis comme chaque semaine, dans le cadre de notre grand concours « Si on lisait… à voix haute », c’est François Berléand  qui nous donnera ses conseil pour bien lire.
      Mercredi 13 mai
Les librairies rouvrent leurs portes… et La Grande Librairie retrouve son plateau !
Quelles leçons tirer de ces deux mois de confinement ? Quelles valeurs pour le monde de demain ? Ce sont quelques-unes des questions que je poserai à mes deux invités cette semaine : André Comte-Sponville et Cynthia Fleury.
André Comte-Sponville est l’un de nos philosophes les plus inspirants. On lui doit notamment un Petit traité des grandes vertus (Puf), qui fut un énorme succès (traduit en 80 langues) et qui gagne à être relu. Un Cahier de l’Herne (L’Herne) lui est également consacré. André Comte-Sponville nous parlera de notre rapport à la mort mais aussi de la question de  notre liberté face à la crise que nous traversons.
Cynthia Fleury est philosophe et psychanalyste. Elle a fait entrer la philosophie à l’hôpital et travaille depuis plusieurs années sur la question du soi. Elle a publié, au tout début du confinement Le soin est un humanisme dans la collection Tracts chez Gallimard. Mais je reviendrai aussi avec elle sur La Fin du courage (Fayard), paru il y a dix ans, un essai qui résonne particulièrement en ce moment.
Etienne Klein sera également de la partie : physicien et philosophe des sciences, il a écrit dans le Cahier de l’Herne (L’Herne) dédié à André Comte Sponville un texte – prémonitoire – intitulé L’ennui, la palpation du vide, le temps.
Parmi ces contributeurs figure aussi celui qui fut le directeur de thèse d’André Comte-Sponville, le philosophe Marcel Conche, 98 ans. Nous le retrouverons cette semaine dans sa maison natale de Corrèze et il évoquera les leçons de Montaigne et d’Epicure, particulièrement utiles en ce moment.
Dans le cadre de notre grand concours « Si on lisait… à voix haute », c’est la comédienne Rachida Brackni qui nous  donnera ses conseils pour bien lire.
Enfin, nous retrouverons deux lecteurs confinés, Nicolas Briançon et Guillaume de Tonquédec, qui s’attaquent au répertoire de Molière. Un régal !
     Mercredi 6 mai
Cette semaine, « La Grande Librairie » revient en mode confinement… Depuis mon bureau-bibliothèque, je vous propose une émission qui fera un pas de côté.
      De l’histoire… et des histoires !
     Philippe Charlier est médecin légiste et anthropologue. Il vient de publier une livre passionnant consacrés aux rituels. A l’heure où nous sommes privés de nos rituels habituels (notamment les funérailles) et où le confinement nous force à en inventer de nouveaux (applaudir chaque soir à 20 heures…), découvrons ensemble ce que l’on perd lorsque nos rituels sont modifiés, ce que l’on gagne à en créer de nouveaux. Rituels (Éditions du Cerf) est illustré de clichés étonnants issus des archives du musée du Quai Branly.
     Alain Corbin a inventé une nouvelle façon de faire de l’histoire : l’histoire du sensible. Il publie aujourd’hui une histoire de l’ignorance (Terra Incognita, aux éditions Albin Michel) : aujourd’hui, nous savons tout (ou presque…), le savoir est à portée de clic mais il n’en fut pas toujours ainsi. L’ignorance favorise le complotisme, la peur, les croyances, les superstitions, les préjugés… l’histoire de l’ignorance est donc notre histoire.
Napoléon est sans doute le confiné le plus célèbre de l’histoire. Plusieurs ouvrages racontent, de façon très différente et complémentaire, son histoire…
    Les historiens Patrice Gueniffey et Loris Chavanette publient Entre l’éternité, l’océan et la nuit (Robert Laffont), un recueil de 850 lettres écrites par Napoléon entre 1784 et 1821. A travers cette correspondance, c’est un portrait intime qui se dessine,  dévoilant l’homme de lettres que fut (aussi) l’Empereur.
    L’année 1815, celle du retour de l’île d’Elbe, des Cent-Jours, de Waterloo, du départ vers Sainte-Hélène, fut totalement folle comme le dit la romancière Sylvie Yvert, Une année folle (Pocket) : cette fresque historique menée tambour battant retrace le destin de deux personnages qui ont choisir l’honneur et la loyauté à une époque où les vestes se retournaient tous les trois mois !
    Stendhal est sans doute né comme écrivain lorsque Napoléon chuta comme empereur : c’est ce que montre le grand spécialiste du XIXème siècle Emmanuel de Waresquiel dans J’ai tant vu le soleil (Gallimard). Son portrait de Stendhal est à mettre entre toutes les mains : une excellente introduction à l’œuvre, à la vie et à l’époque de l’un de nos plus grands écrivains !
Dans le cadre de nos lectures confinées, nous serons rejoints par Denis Podalydès et Josiane Balasko.
Enfin, à l’occasion de notre grand concours « SI ON LISAIT … A VOIX HAUTE », c’est  Adeline d’Hermy, de la Comédie française, qui, cette semaine, nous donnera ses conseils pour bien lire à voix haute.
 
   Mercredi 29 avril
Cette semaine, dans La Grande Librairie, cinq romancières et autant de destins de femmes courageuses, généreuses et déterminées.
     Pour nous accompagner tout au long de cette soirée, je recevrai Tatiana de Rosnay. L’auteur d’Elle s’appelait Sarah, vendu a plus de 10 millions d’exemplaires dans le monde, publie aujourd’hui Les Fleurs de l’ombre (Robert Laffont – Heloise d’Ormesson). Un roman d’anticipation dans lequel la romancière interroge notre capacité à faire face et à surmonter les épreuves.
     Après Légende d’un dormeur éveillé, son roman dédié à Robert Desnos, Gaëlle Nohant publie La femme révélée (Grasset). Le portrait d’une femme qui décide de fuir, de tourner le dos à son passé, au risque de tout perdre. Un roman magnifique sur l’exil, la solitude et la liberté. 
     Partir pour mieux se réinventer, c’est également ce qu’entreprend l’héroïne de Sankhara (Actes Sud), le nouveau roman de Frédérique Deghelt. Elle y raconte l’histoire d’une femme qui choisit son destin, et livre un bel éloge du silence et de la méditation.
    Le testament russe (Gallimard), c’est le titre le nouveau roman de Shumona Sinha qui nous plonge dans une traversée du XXe siècle. Deux femmes, deux destins, mais aussi un hommage à la littérature russe et au milieu littéraire des années 1920-1930.
Et si Sissi avait eu une fille cachée ? Nelly Alard s’est lancée sur les traces de Karoline Zanardi-Landi, prétendue descendante de l’impératrice d’Autriche, et sa fille, Elissa Landi, actrice hollywoodienne. La vie que tu t’étais imaginée (Gallimard) est un livre-enquête très personnel et passionnant. 
Depuis le début de ce confinement, de nombreux comédiens et comédiennes proposent des lectures sur les réseaux sociaux. Et c’est à chaque fois le même plaisir de les écouter, mais aussi de découvrir ou redécouvrir des textes. Cette semaine, je vous propose de retrouver Fabrice Luchini et les fables de la Fontaine, et Stéphane Freiss qui lit Romain Gary.
Enfin, dans le cadre de notre grand concours « SI ON LISAIT … A VOIX HAUTE », nous retrouverons le comédien Jacques Weber qui fut au théâtre un magnifique Cyrano et qui nous donnera ses conseils pour bien lire à voix haute.
Mercredi 22 avril
Cette semaine, La Grande Librairie est de retour pour un chapitre inédit mais, confinement oblige, loin du plateau habituel. 
Que nous apprend l’histoire face à l’épidémie que nous traversons ? Comment dépasser cette épreuve et la transformer en opportunité ? La littérature peut nous y aider.
   Je recevrai le romancier, Yann Queffélec. Cet amoureux de la mer, insatiable lecteur, nous accompagnera tout au long de la soirée. Ensemble, nous évoquerons les livres qu’il aime et nous rendrons hommage à Luis Sepúlveda, disparu le 16 avril dernier. Il nous donnera également ses conseils de lecture.
Toute pandémie apporte t-elle un changement de civilisation ? Pour y répondre, j’ai réuni deux historiens :
      Georges Vigarello est l’auteur d’ouvrages passionnants dont Le propre et le sale (Seuil) sur l’histoire de l’hygiène et du corps depuis le Moyen Age, mais aussi d’une Histoire des émotions (Seuil) de l’Antiquité à nos jours. Toutes ces émotions dont l’expression, nous le verrons, varient selon les époques et les événements.
     A ses côtés, Michelle Perrot. L’auteure de l’essai Histoire de chambres (Seuil) a consacré la majeure partie de son œuvre à l’évolution du statut des femmes dans l’histoire. Toutes ces femmes, hier encore passées sous silence, et qui aujourd’hui se retrouvent en première ligne de l’épidémie et érigées au rang d’héroïnes nationales. Quel après leur réserve t-on ? Réponse en compagnie de l’une de nos plus grandes historiennes contemporaines.
   Nous irons également à Oran, où nous attend Kamel Daoud, la ville d’Oran qui servit de décor au roman d’Albert Camus, La Peste. L’auteur de Meursault, contre-enquête (Actes Sud) nous expliquera pourquoi il est important  de  lire ou relire le livre d’Albert Camus.
      Je recevrai également Leonor de Récondo à l’occasion de la sortie de La leçon de ténèbres (Stock). Dans le cadre de la collection « Ma nuit au musée », la romancière a accepté de se laisser enfermer dans le Musée Greco, à Tolède pour une rencontre mystérieuse avec le célèbre peintre espagnol…
      Enfin, dans le cadre de notre grand concours « SI ON LISAIT … A VOIX HAUTE » nous retrouverons l’actrice et réalisatrice Zabou Breitman. Elle a enseigné la lecture à voix haute et nous donnera à son tour ses conseils pour bien lire à voix haute.
 
Mercredi 15 avril
Parce que nous avons tous besoin, en ce moment, de nous élever, de nous évader, La Grande Librairie vous propose cette semaine de prendre de la hauteur et du temps pour réfléchir, avec la rediffusion d’une émission consacrée à un écrivain dont toute l’œuvre est une invitation à vivre mieux : François Cheng. 
   Traducteur de Baudelaire, Laforgue, Rimbaud, Apollinaire, Char ou Michaux, il est à la fois poète et philosophe, romancier et calligraphe. On lui doit une œuvre poétique et philosophique remarquable : « Le dit de Tianyi », « Cinq méditations sur la beauté », « Cinq méditations sur la mort », ou encore « De l’âme ».
Il a publié À Notre-Dame, une communion universelle (Salvator), un petit livre sur sa prestation lors de l’émission que nous avions consacrée à l’incendie de Notre-Dame de Paris l’an dernier. Et une réédition de son recueil Enfin le royaume (Gallimard), augmentée de soixante quatrains. 
Pour dialoguer avec François Cheng, deux écrivains. 
     Daniel Tammet, autrefois enfant autiste, est l’auteur d’une œuvre traduite dans le monde entier et attirée aussi bien par la poésie que par les neurosciences ou la sociolinguistique. Élevé dans un milieu non croyant, il raconte dans Fragments de paradis (Les Arènes) sa découverte de la foi. 
     Christiane Rancé est romancière et essayiste. Elle a signé des biographies de Tolstoï ou de Simone Weil, parues au Seuil. Et plus récemment un Dictionnaire amoureux des saints (Plon) et un très beau livre sur la spiritualité et l’amour de la vie malgré les chagrins qui la jalonnent, En pleine lumière (Albin Michel).
       Et puis je vous emmènerai à la rencontre de jeunes lecteurs, dans le cadre de « SI ON LISAIT… A VOIX HAUTE », le concours de lecture à voix haute que j’ai lancé cette année. Nous rendrons visite à une classe de troisième du lycée Mendes-France à Méru, dans le département de l’Oise. Classe qui a eu la chance de recevoir les conseils d’une romancière que vous avez souvent vue dans la Grande Librairie : Véronique Ovaldé.
 
Mercredi 8 avril
A l’heure du confinement, les écrivains sont essentiels pour nous permettre de nous évader, nous offrir des réponses, bref, nous inspirer.
Cette semaine, dans La Grande Librairie, nous avons choisi de rediffuser une émission qui me semble plus que jamais d’actualité. Nous le savons, la planète est en danger, et tout le monde se demande comment agir. J’ai réuni pour vous quelques grands scientifiques dont les livres sont de belles sources d’inspiration et proposent des solutions concrètes.
Après avoir consacré sa vie au cosmos, l’astrophysicien Hubert Reeves s’engage pour la sauvegarde de la biodiversité sur la planète. Dans La terre vue du cœur (Seuil), il pointe l’impact des activités humaines sur la nature et nous invite à plus d’humilité. Un ouvrage accompagné d’une biographie sous la forme d’un entretien Je chemine avec Hubert Reeves(Seuil), dans lequel l’astrophysicien revient sur sa vie.
Comment vivre mieux ? Pierre Rabhi propose des solutions simples que chacun peut mettre en œuvre dans Vivre mieux sans croissance (Presses du Châtelet). L’agriculteur prône la modération, qu’il nomme joliment « La sobriété heureuse », face à une croissance galopante et à ses conséquences irréversibles pour la planète et pour l’humanité.
Avec son Petit manuel de résistance contemporaine (Actes sud), Cyril Dion propose des actions concrètes pour faire face au danger qui nous menace. Le romancier, par ailleurs réalisateur du documentaire Demain (César du meilleur documentaire en 2016 et plus d’un million de spectateurs en salle) nous invite à inventer aujourd’hui un nouveau récit collectif.
L’homme a évolué mais comment évoluera la situation si l’homme ne fait rien ? C’est la question que se pose l’un de nos plus grands paléo anthropologue et spécialiste de la co-évolution, Pascal Picq. Il montre dans son nouveau livre,Sapiens face à Sapiens (Flammarion), comment l’humanité devra s’adapter aux conséquences de ses actes.
Les animaux et les végétaux peuvent-ils nous inspirer des solutions pour nous adapter à un nouvel environnement ? Oui, répond la biologiste Emmanuelle Pouydebat. Elle nous invite à découvrir les ressources extraordinaires de la nature dans Quand les animaux et les végétaux nous inspirent (Odile Jacob).
Enfin, comme chaque mercredi, je vous emmènerai à la rencontre de jeunes lecteurs dans le cadre de « SI ON LISAIT… A VOIX HAUTE », le concours de lecture à voix haute que j’ai lancé cette année. Cette semaine, la romancière Clara Dupont-Monod partira à la rencontre d’une classe de première du lycée du Bois d’Amour à Poitiers, pour leur donner ses trucs et astuces pour lire à voix haute.
 
Mercredi 1er avril
Ce mercredi 1er avril, La Grande Librairie diffuse une émission enregistrée juste avant le début du confinement, consacrée à l’exil. François Busnel recevra sur son plateau de nombreux invités, qui viendront évoquer leur œuvre et leur dernière parution. Préparez-vous au dépaysement…
Ce mercredi 1er avril François Busnel reçoit, dans La Grande Librairie, l’écrivain Dany Laferrière pour son livre L’exil vaut le voyage, publié par les Éditions Grasset et Fasquelle, mais aussi Macha Méril, qui évoquera Vania, Vassia et la fille de Vassia (Éditions Liana Levi), consacré à l’exil des Russes en France.
Cécile Ladjali viendra à l’occasion de la parution de La fille de personne (Actes Sud), avant Velibor Čolić, reçu pour son Livre des départs (Gallimard).
    Mercredi 18 mars
Cette semaine, une rencontre inédite entre la poésie et le thriller dans La Grande Librairie !
     -M- (Matthieu Chedid) raconte celle qui lui a offert un nom et une passion : sa grand-mère, la romancière et poétesse Andrée Chedid. Morte en 2011, Andrée Chédid aurait eu 100 ans en ce mois de mars 2020. Son petit-fils signe la préface d’un nouveau recueil, Textes pour un poème, suivi de Poèmes pour un texte (Gallimard), qui rassemble des poèmes parus entre 1949 et 1991. Le sommet de son œuvre poétique.
    Joël Dicker, l’auteur de La vérité sur l’affaire Harry Quebert, est de retour et c’est en exclusivité dans La Grande Librairie. Une fois n’est pas coutume, c’est dans sa Suisse natale qu’il nous entraine. Très affecté par une rupture sentimentale et la mort de son éditeur Bernard de Fallois, le romancier séjourne dans un palace des Alpes et découvre qu’un crime non résolu s’y est déroulé des années auparavant : il devient enquêteur. L’Énigme de la chambre 622 (Éditions de Fallois) mêle avec brio littérature et thriller.
      Fabrice Humbert se confronte au thriller pour son huitième roman. Un journaliste américain mène l’enquête sur l’ex-star de son lycée, accusé du viol et du meurtre d’une jeune Mexicaine. Refusant de croire à sa culpabilité, il comprend que cette affaire dépasse tout ce qu’il pouvait imaginer… Le monde n’existe pas (Gallimard) est une brillante réflexion sur la réalité et la fiction.
Sophie Nauleau met le courage au coeur de l’engagement poétique. De Gérard de Nerval à Hannah Arendt, d’Émilie Dickinson à Christian Bobin, la poétesse et directrice artistique du Printemps des poètes propose un parcours audacieux parmi les plus beaux textes qui répondent à ce vers du Cid de Corneille : Espère en ton courage (Actes sud).
     Enfin, comme chaque mercredi, je vous emmènerai à la rencontre des jeunes lecteurs qui participent à notre grand concours « SI ON LISAIT … A VOIX HAUTE ». Cette semaine, Éric-Emmanuel Schmitt offre ses conseils aux élèves d’une classe de 1ère du lycée Édouard Herriot de Lyon
      Mercredi 11 mars
Une émission spéciale cette semaine dans La Grande Librairie autour d’un invité exceptionnel : Jean Marie Gustave Le Clézio !
    Jean Marie Gustave Le Clézio est un homme discret et un immense écrivain. Un nomade qui parcourt le monde et l’observe avec une plume unique. Il publie Chanson bretonne suivi de L’enfant et la guerre (Gallimard), deux contes magnifiques sur son enfance, de la Bretagne aimée de sa jeunesse aux horreurs de la guerre et de l’occupation. Du jeune romancier prodige, couronné par le prix Renaudot à l’âge de 23 ans, au prix Nobel de littérature, c’est une œuvre engagée et humaniste que nous allons revisiter avec lui.
Dans la deuxième partie de l’émission, Jean Marie Gustave Le Clézio sera rejoint par deux invités autour de thèmes qui lui sont chers : la poésie et l’île Maurice, terre de ses ancêtres.
     Alicia Gallienne est morte à vingt ans. Trente ans après sa disparition, son cousin, l’acteur et réalisateur Guillaume Gallienne, publie les poèmes de cette auteure secrète, jusque-là inconnue. L’autre moitié du songe m’appartient (Gallimard) est l’œuvre d’une jeune fille qui a vécu intensément et tutoyé la mort. Et qui, malgré cela, signe une ode à la vie.
     La poésie et l’île Maurice, ce sont les thèmes qui hantent l’œuvre d’Ananda Devi. Dans Danser sur tes braises et Six décennies (Éditions Bruno Doucey), la poétesse et romancière mauricienne, qui vit aujourd’hui en France, écrit sur les femmes, la disparition de sa mère et les corps qui changent. Deux brefs textes poétiques émouvants, empreints d’amour et de la mélancolie de l’exil.
Enfin, comme chaque mercredi, je vous emmènerai à la rencontre des jeunes lecteurs qui participent à notre grand concours « SI ON LISAIT … A VOIX HAUTE ». Cette semaine, c’est une romancière qui connait très bien les adolescents qui s’est prêtée à l’exercice : Marie Darrieussecq offre ses conseils aux élèves d’une classe de seconde du lycée René Cassin de Bayonne.
  Mercredi 4 mars
La liberté, l’amour et la guerre… les écrivains nous aident à comprendre le monde actuel cette semaine dans La Grande Librairie !
    Leïla Slimani, prix Goncourt il y a quatre ans pour Chanson Douce (Gallimard), revient avec un nouveau roman : Le pays des autres (Gallimard). Cette fresque historique et familiale raconte l’histoire de l’indépendance de son pays natal, le Maroc, et de l’impossible indépendance des femmes qui y vivent. Un livre puissant, audacieux et engagé.
    Atiq Rahimi a lui aussi remporté le prix Goncourt il y a 12 ans pour Syngué sabour (P.O.L.). Aujourd’hui, le romancier et cinéaste signe un récit accompagné de croquis pris sur le vif lors du tournage de Notre-Dame du Nil, son film actuellement en salles. A la fois conte et poème, L’invité du miroir (P.O.L.) raconte les grandes blessures de l’Histoire contemporaine, de l’Afghanistan au Rwanda.
    Dire le monde dans toute son absurdité, c’est que fait Yoann Barbereau. Il y a cinq ans, alors qu’il dirigeait l’Alliance française d’Irkoutsk en Sibérie, il est arrêté du jour au lendemain et jeté en prison sur une accusation montée de toutes pièces. Le récit hallucinant de son incroyable évasion, Dans les geôles de Sibérie (Stock), est aussi un fantastique éloge de la littérature.
     Enfin, Alberto Manguel dresse les portraits de trente huit Monstres fabuleux (Actes sud). Ces « monstres », ce sont les personnages qui peuplent sa formidable bibliothèque. L’écrivain et grand bibliophile argentin nous prouve ici que, de Dracula à Alice, en passant par Superman ou Le petit chaperon rouge, les héros de nos livres préférés sont aussi vivants que nous !
      Et puis l’ambassadrice cette semaine de « Si on lisait… à voix haute » est une romancière. Marie-Hélène Lafon offre ses conseils aux élèves d’une classe de quatrième du collège Jean Mounès de Pornic, en Loire-Atlantique, dans le cadre de notre grand concours en partenariat avec l’Education nationale.
    Mercredi 26 février
Les secrets de famille sont au programme, cette semaine dans La Grande Librairie. Lire le programme des émissions précédentes …
     ******************
La Grande Librairie revient dès mercredi prochain, le 8 janvier 2020, toujours à 20h50 et toujours en direct.
Mon invitée sera Vanessa Springora dont le premier ouvrage, « Le Consentement » (Grasset) est un événement.
le consentement
   Mercredi 4 décembre
C’est une émission spéciale que je vous propose ce mercredi 4 décembre à 20h50, consacrée à un des écrivains contemporains que j’admire le plus : Christian Bobin.
Christian Bobin est un enchanteur. Il sait mieux que quiconque nous donner à voir les beautés cachées de l’existence.
Avec lui, nous reviendrons sur sa vie et son œuvre. Nous parlerons de la solitude et de ses fantômes, de la lenteur et des écrivains qu’il aime, mais surtout de tout ce qui l’émerveille. Il marque cette fin d’année avec la publication d’un magnifique récit consacré à son ami le peintre Pierre Soulages (qui fêtera ses 100 ans le 24 décembre prochain) : Pierre (Gallimard). Et un surprenant Cahier de l’Herne (Éditions de l’Herne) lui est consacré avec la participation de poètes, philosophes et artistes.
  Je ne vous en dis pas davantage mais autour de Christian Bobin je rassemblerai des invités surprises ! Il n’est au courant de rien, laissons-le s’émerveiller et nous émerveiller.
 
Mercredi 2 octobre
C’est une émission spéciale que je vous propose ce mercredi, consacrée à l’un des plus grands écrivains contemporains : Patrick Modiano.
Exceptionnellement, je quitterai le plateau de La Grande Librairie pour plonger, en mode « Carnets de route », dans l’univers très secret de Patrick Modiano : chez lui, à la découverte de ses manuscrits, dans les rues de Paris, à bord d’une vieille décapotable américaine, dans un des cinémas de sa jeunesse, dans l’atelier de son ami Jean-Jacques Sempé…
Ensemble, nous reviendrons sur sa vie, son œuvre, ses secrets d’écriture et ses obsessions : l’Occupation, les années 60, Paris, le passé, le présent, la mémoire et l’oubli, ces atmosphères à la lisière du polar et du roman noir.
  Et puis, bien entendu, nous ouvrirons son nouveau roman, Encre sympathique (Gallimard). L’un des plus beaux livres de Patrick Modiano.
Une rencontre exceptionnelle !

MODIANO 2019

A peine paru, le nouveau roman de notre Prix Nobel de littérature déloge Amélie Nothomb de la première place de notre classement.

En quatre jours seulement, Patrick Modiano a vendu 17 000 exemplaires de son nouveau roman, Encre sympathique . Soif, paru chez Albin Michel le 21 août, s’est installé en tête des ventes de livres selon le dernier classement GFK/Livres Hebdo, avec un cumul frôlant déjà les 40000 exemplaires

Mercredi 4 septembre
Faut-il croire au paradis ? Sur terre ou ailleurs ? Pas si sûr…  Réponse cette semaine en compagnie de quatre romancières.     Dans son nouveau roman, Soif (Albin Michel), Amélie Nothomb se glisse dans la peau de Jésus Christ à la veille de sa crucifixion. De son procès par les Romains à son amour pour Marie Madeleine, en passant par le long chemin de croix, le livre est une réflexion sur le corps et ce qu’il ressent, de la douleur à la passion charnelle, de la soif à l’amour. Drôle, audacieux, incorrect. La Passion selon Nothomb !    Le paradis, c’est ce que pensent atteindre les héros de Julia Deck dans Propriété privée (Les éditions de Minuit). Un couple de bobos achète un pavillon dans un écoquartier de la banlieue parisienne. Mais c’est l’enfer de la promiscuité qu’ils vont découvrir. Une étude de caractère grinçante qui vire au désopilant thriller domestique.    Dans Eden (Gallimard), Monica Sabolo nous entraine dans une réserve animiste à la lisière d’une forêt fascinante menacée de destruction. Là, grandit Nita, qui rêve d’ailleurs et admire Lucy, une jeune fille venue de la ville. Un jour, Lucy s’aventure dans la forêt et y découvre des choses dangereuses… Un roman sur l’adolescence, la nature et le paradis perdu (l’Eden qui donne son titre au roman).    Cécile Coulon nous ouvre les portes du « Paradis », ce vaste domaine appartenant à la famille Emard. Depuis le décès de leurs parents dans un accident de voiture, Blanche et Gabriel y sont élevés par leur grand-mère, Emilienne. Une bête au paradis (L’Iconoclaste) est un conte noir qui nous fait découvrir une lignée de femmes et ce qu’elles ont de plus cher : leur terre. C’est l’un des mes grands coups de cœur de la rentrée !   Enfin je rendrai hommage à Toni Morrison. La romancière américaine, prix Nobel de Littérature, nous a quitté le 5 août dernier. Ces dernières années, j’ai eu la chance de la rencontrer à plusieurs reprises, chez elle, à New York. Ensemble, nous avons évoqué le pouvoir de la littérature, son parcours, ses révoltes (de la lutte contre le racisme à Donald Trump en passant par le mouvement de libération de la parole des femmes qu’elle avait évoqué lors d’une ultime interview réalisée en avril 2018).   À mercredi !

Prix Littéraires 2019 top départ 19958823

Goncourt, Renaudot, Femina… Top départ pour les prix littéraires d’automne

La rentrée littéraire à peine entamée, les jurys des grand prix littéraires d’automne, à commencer par celui du Goncourt, feront connaître dès cette semaine leurs premières sélections.  Un total de 524 romans, dont 336 romans français, parmi lesquels 82 premiers romans, ont commencé à paraître ou sont attendus en librairie d’ici la fin octobre. La première sélection du Goncourt, le plus prestigieux des prix littéraires du monde francophone, comportera quinze titres. Les quinze auteurs retenus seront de facto en lice pour le convoité prix Goncourt des lycéens y compris s’ils disparaissent des deux sélections suivantes. ( franceinfoculture 3/9/19)

Le Livre sur la place à Nancy les 13, 14 et 15 sept 2019

 » Ouvrir un livre c’est pénétrer dans une dimension dont on ne revient pas indemne. C’est aller à la rencontre de l’altérité, confronter ses idées, se laisser happer par un imaginaire qui nous dépasse. C’est traverser le miroir d’Alice pour rejoindre la dimension de tous les possibles. C’est ainsi que nous concevons le Livre sur la Place, comme un gigantesque palais des miroirs aux multiples territoires. Un espace-temps où, durant trois jours, chacun pourra aller à la rencontre de l’univers des auteurs qu’il aime, mais aussi se perdre avec bonheur dans celui des auteurs qu’il y découvrira. »

PRIX   LITTERAIRES 

 
Le Prix littéraire Franz Kafka remis à Pierre Michon pour son oeuvre complète : Les Vies minuscules et Les Onze
Pierre Michon Prix Kakka 2019
 PRIX  NOBEL  LITTERATURE  2018 & 2019 
Prix Nobel Littérature 2019 000-1la6l3
La romancière polonaise Olga Tokarczuk  et son homologue autrichien Peter Handke ont été récompensés en même temps. Le prix 2018 avait en effet été reporté sur fond de scandale au sein de l’Académie suédoise.
Prix du Roman Fnac
Prix Roman Fnac 2019 19962727

 

 

Le prix du roman Fnac qui inaugure la saison des prix littéraires a été attribué lundi à Bérengère Cournut pour De pierre et d’os (Le Tripode), récit à la fois poétique et violent racontant le destin d’une jeune Inuite dans un désert de glace Bérengère Cournut recevra le 20 septembre prochain, remis par Bret Easton Ellis, le prix du roman Fnac pour « De pierre et d’os » l’histoire d’une jeune Inuite.

 

Prix Littéraire « Le Monde »

 Cécile Coulon Une Bête au paradis
  Cécile Coulon pour « Une bête au Paradis » l’Iconoclaste
Le septième prix littéraire « Le Monde » a été attribué mercredi  4 septembre à Cécile Coulon pour son roman  « Une bête au Paradis » conte cruel de l’amour et de la folie.

********


   PRIX  LITTERAIRES  PRINTEMPS  2019

Prix CBPT 2019 LES PRIX  C.B.P.T  2019 lire la suite

Julia-Kerninon Prix CBPT Julia Kerninon Ma dévotion Le Rouergue 

 Prix Lectrices ELLE 2019index Les Prix ELLE
Grand prix du roman (ex-aequo) : Adeline Dieudonné pour « La vraie vie », éditions L’Iconoclaste, et Jesmyn Ward pour « Le Chant des revenants », aux éditions Belfond.
iLa vraie vie ndexChant des revenants
Grand prix du document : Alex Marzano-Lesnevich pour « L’empreinte » aux éditions Sonatine.
L Empreinte Marzano L'empreinte
Grand prix du polar : Franck Bouysse pour « Né d’aucune femme » aux éditions La Manufacture des livres.
Bouysse index

Grand prix du polar : Franck Bouysse pour « Né d’aucune femme » aux éditions La Manufacture des livres.

  Bayamack Arcadie index Prix du Livre Inter Emmanuelle Bayamack – Tam  10 juin 

La_seule_Histoire_s  Prix Jean d’Ormesson 2019 à Julian Barnes 6 juin

 

Dominique St Pern Prix S Veil index  Prix Simone Veil  2019 à Donique de Saint Pern 22 mai

 

Ne_d_aucune_femme_s Prix des Libraires 2019 à Franck Bouysse 15 mai

SURFACE_s Prix Maison de la presse 2019 à Olivier Norek 16 mai

Court_vetu_s  Prix Goncourt du premier roman 2019 à Marie Gauthier 7 mai

Les_entenebres_s Prix de la Closerie des lilas 2019 à Sarah Chiche avril

Quai du Polar 2019Quai du Polar 2019

« Résister, continuer », c’est le credo de l’écrivain italien anti-mafia Roberto Saviano, qui doit vivre sous protection policière depuis son livre « Gomorra ». Et « lire, c’est aussi un acte de résistance », lance-t-il lors d’une rencontre au festival Quais du polar, à Lyon. « Le simple fait d’être ici, c’est un acte de résistance », a-t-il ajouté face au public qui l’a applaudi avec ferveur, debout, dans un théâtre des Célestins plein à craquer

 

  • LA   RENTREE   LITTERAIRE    D’HIVER    2019   
493 romans sont attendus pour la traditionnelle rentrée de l’hiver, selon Livres Hebdo / Electre Data Services.Une rentrée stable, par rapport à 2018, avec autant de romans étrangers que l’an dernier.  Avec 77 premiers romans, cette rentrée d’hiver fait la part belle, comme celle de l’automne, aux primo-romanciers, en progression de 20% par rapport à l’an dernier.
    Houellebecq : le poids lourd de la rentrée d’hiver, Foenkinos, Ovaldé, Rambaud, Ben Jelloun, Besson, Minard, Volodine, Choplin, Rahimi, Coop-Phane, Parmi les confirmés à noter également les romans de Yann Moix, Jean Rouaud, Simon Liberati, Charif Majdalani, Jean-Marie Blas de Robles ou Eric Chevillard .

    Elena Ferrante, David Vann, Erri de Luca, des poids lourds aussi du côté des romans étrangers …

2018 Année noire pour les librairies et les vente de livres
L’année avait pourtant bien commencé …mais la rentrée littéraire de septembre a été mauvaise, une baisse importante en septembre, puis en octobre, même les Prix littéraires sont en deçà des chiffres habituels … cf Chronique de Michel Guerrin, Le Roman souffre… (Le Monde 29/12/2018 )

La Grande librairie Janvier 2018  Lire la suite 2018 – 2019

 
 
   Mercredi 17 avril 
90b4558e8637e4fc7020c9b25abcc872d47e41df
La Grande Librairie bouleverse sa programmation et consacre ce soir à 20h50 en direct une émission spéciale à Notre-Dame de Paris. En compagnie de romanciers, d’historiens, mais aussi de comédiens qui viendront rendre hommage à la cathédrale en lisant les plus beaux textes écrits sur Notre-Dame, de Victor Hugo à Charles Péguy en passant par Gérard de Nerval ou Théophile Gautier.
  Ken Follett fait exceptionnellement le déplacement en France pour témoigner son attachement à Notre-Dame de Paris. L’écrivain britannique s’est fait connaître dans le monde entier avec Les Piliers de la Terre (Stock), livre de 1989 dans lequel il racontait la construction d’une cathédrale au Moyen Âge. Fasciné par les édifices religieux monumentaux – il a d’ailleurs signé deux suites à ce livre culte – Ken Follett a été très marqué par l’incendie de Notre-Dame, qu’il décrit dans son dernier roman, Une colonne de feu (Robert Laffont).
    L’écrivain-aventurier Sylvain Tesson nous expliquera lui aussi son lien avec le monument parisien et son mythe. Un lien culturel mais aussi physique, puisqu’il a escaladé des centaines de fois la flèche qui a péri dans les flammes lundi soir. Il le racontait dans Une très légère oscillation (Éditions des Équateurs).
     Le romancier Patrick Grainville a beaucoup écrit sur Notre-Dame. La cathédrale est notamment le décor d’un de ses romans, Les Anges et les faucons (Seuil), paru en 1994. Un livre largement inspiré de Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo.
    Le grand roman d’Hugo sera bien sûr au cœur de cette émission spéciale. La journaliste et historienne Laura El Makki a publié en 2016 avec Guillaume Gallienne Un été avec Victor Hugo (Éditions des Équateurs). Elle sera rejointe par l’historien et romancier Adrien Goetz, qui a préfacé Notre-Dame de Paris   (Folio)   Le dessinateur Benjamin Lacombe a illustré en 2013 les aventures de Quasimodo et Esmeralda pour deux bandes dessinées magnifiques. Il viendra sur notre plateau pour dessiner à nouveau la cathédrale.
    Outre Victor Hugo, de nombreux écrivains illustres se sont inspirés de Notre-Dame de Paris : de Charles Péguy à Louis Aragon, en passant par Théophile Gautier, Villon, Rabelais, Malraux, Carco et Gérard de Nerval. Emmanuelle Devos, Richard Berry et Loïc Corbery de la Comédie-Française seront sur notre plateau pour faire revivre ces textes.
    À leurs côtés, l’historien Pierre Nora, l’auteur des Lieux de Mémoire (Gallimard) reviendra sur l’histoire de Notre-Dame.
    J’ai également invité le poète François Cheng qui nous dira ce que la cathédrale parisienne représente pour lui.
19113095ND de Paris HUGO Notre-Dame de Paris » : les ventes du roman de Victor Hugo s’envolent
  Rédigé en 1831, le roman de Victor Hugo,maintes fois adapté au cinéma, se situe en 1482 au moment du règne de Louis XI. Un passage du roman attire particulièrement l’attention aujourd’hui :
« Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée »  Victor Hugo Notre-Dame de Paris
   Mobilisation des éditeurs en faveur de la reconstruction de Notre Dame de Paris  :
 » On a souhaité œuvrer et permettre surtout aux acheteurs de se mobiliser en faveur de la reconstruction de la cathédrale. Ayant vendu en un jour autant qu’en une année (3 000 exemplaires), on s’est dit qu’il fallait nous mobiliser à travers les ventes de cette ouvrage ». Véronique Cardi, PDG du Livre de poche .

 

Livre Paris 2019 Livre Paris Logo 2019

L’Europe à l’honneur de cette 39ème édition !
L’espace Europe regroupera des stands de différents pays, une grande librairie de l’Europe ainsi qu’une scène dédiée.
La programmation de la scène témoignera de la richesse culturelle du patrimoine littéraire européen et fera entendre les voix des auteurs, des acteurs et des intellectuels qui œuvrent pour la construction de l’Europe de demain.

Busnel 2019 Livre Paris

   Mercredi 13 mars 2019 : autour du Livre Paris
Cette semaine, La Grande Librairie fait l’éloge de la lecture !
Orhan Pamuk, Prix Nobel de littérature 2006, présentera en exclusivité son nouveau roman, La Femme aux cheveux roux (Gallimard). Avec ce livre très personnel sur l’identité, et l’évolution de la société turque, Orhan Pamuk renoue avec les thèmes qui ont fait de lui un grand romancier. Ce roman est également une formidable réflexion sur les rôles de l’écriture et de la lecture quand elles bouleversent nos destins.
Pour transmettre le plaisir de lire, nous ferons un Voyage au pays des bibliothèques (Stock, coécrit avec Noël Corbin), en compagnie d’Érik Orsenna. Ambassadeur de la lecture, le romancier a sillonné la France pendant trois mois pour établir ce rapport, un état des lieux très complet de ce réseau de 16 500 bibliothèques françaises. Érik Orsenna propose également un certain nombre de changements possibles, afin de rendre les livres plus accessibles et faire de ces lieux des remparts contre les fractures sociales, culturelles et numériques.
   Abd Al Malik en est un bon exemple :  la littérature peut changer une vie ! Dans son livre-CD Le jeune noir à l’épée (Présence Africaine / Musée d’Orsay / Flammarion), un texte inspiré d’un tableau de Pierre Puvis de Chavannes, qui s’interroge sur l’identité : il raconte comment, jeune délinquant et incarcéré, il est devenu poète, rappeur et écrivain. Abd Al Malik entremêle poèmes et slams avec des récits personnels mais aussi les vers de Baudelaire et Glissant. Un projet ambitieux dans lequel il partage ses réflexions sur l’identité à l’ère de la mondialisation, mais aussi la crise migratoire, la banlieue et la condition des Noirs à travers les siècles et les arts.  
Estelle-Sarah Bulle sera également présente pour parler entre autres de son roman Là où les chiens aboient par la queue (éditions Liana Levi). Un premier roman déjà couronné de nombreux prix.
  Enfin, comme chaque année, nous annoncerons en direct et en exclusivité les deux lauréats des Prix France Télévisions, roman et essai. Ils seront sur notre plateau pour évoquer leur livre, qu’un jury de téléspectateurs et lecteurs a choisi de récompenser.
Prix   France  Télévision  2019
 Abdel Malik Prix France Tv derangequejesuisalizamir Prix 2019
Prix Roman France Télévisions 2019 :  « Dérangé que je suis », d’Ali Zamir
L’auteur comorien Ali Zamir emporte le Prix Roman France Télévisions 2019 avec
un « OVNI littéraire » « Dérangé que je suis », son troisième roman, publié aux éditions du Tripode. Un choix audacieux, pour un livre « à part », qui l’a emporté avec 9 voix au premier tour du scrutin.
iCet hiver où le roman français se flatte d’être neurasthénique et abuse de la sérotonine, la littérature la plus brûlante nous vient des Comores. Avec un bref récit, inondé de soleil, dégoulinant de sueur et de sang, qui tient de la fable insulaire et du conte philosophique. Et avec un personnage, qu’on n’est pas près d’oublier. Il s’appelle Dérangé . » Jérôme Garcin, L’Obs
Prix france TV 2019 V zenatti
Prix Essai France Télévisions 2019
Le jury de lecteurs du Prix Essai France Télévisions 2019 a couronné mercredi 13 mars l’écrivaine Valérie Zenatti pour « Dans le faisceau des vivants » (Editions de L’Olivier). Dans son livre, la traductrice du romancier et poète israélien Aharon Appelfeld cherche à retourner sur les traces de son ami décédé.
Grand Prix RTL LIRE 2019 
Prix RTL 2019 Ponthus A la ligne Joseph Ponthus A la ligne La Table Ronde 
Dans ce livre, coup de poing, l’auteur raconte son expérience d’ouvrier intérimaire dans une conserverie de poisson puis dans un abattoir, un ouvrage qui fait sensation depuis sa parution en janvier et qui a fortement impressionné les lecteurs membres du jury du Grand Prix RTL-Lire
Un texte coup de poing, d’une force, d’une puissance inouïe à la fois par la forme et le fond. Écrit à la manière d’un long poème, sans ponctuation, retournant sans cesse à la ligne, tenant le lecteur en apnée.
 Déjà salué par le Grand Prix RTL – Lire 2019, le roman À la ligne de Joseph Ponthus vient de recevoir le 2 avril, le Prix Régine Deforges qui récompense un premier roman écrit par un auteur francophone.

LA   RENTREE   LITTERAIRE    D’AUTOMNE    2018

                                             

Rentrée Littéraire France Inter JDD safe_image.php

567 nouveaux romans dont 381 français et 94 premiers romans pour la rentrée littéraire d’automne 2018.  Parmi les auteurs attendus, Maylis de Kérangal , Alain Mabanckou, Jérôme Ferrari, Serge Joncour, Agnès Desarthe, Christophe Boltanski ou Christophe Donner, sans oublier Amélie Nothomb, sans qui une rentrée littéraire n’en serait pas une. Côté étranger on note les romans de Salman Rushdie, Javier Cercas , J.M. Coetze, Vivian Gornick , Jon Kalman Stefansson, Zadie Smith, ou encore Daniel Magariel. (Culturebox 23/08/18 )
Prix Littéraires   » C’est la semaine des prix littéraires « 

Femina, Médicis, Goncourt et Renaudot …décernent leur grand prix littéraire d’automne à partir de lundi

Vers quels livres iront les préférences des jurys des prix littéraires d’automne ? Réponse cette semaine avec la remise des prix Femina (aujourd’hui), Médicis (demain), Goncourt et Renaudot (mercredi 7 novembre). Les prix Décembre et de Flore seront décernés jeudi 8 novembre, tandis que le prix Wepler, qui propose la sélection la plus enthousiasmante de cette rentrée, sera annoncé le 12 novembre.

Lauréats Prix litteraires

45384732_2055877271140647_7035185327387967488_n Prix Femina Philippe Lançon Le Lambeau Gallimard

Prix Femina Etranger Alice McDermott La Neuvième heure La Table Ronde

Prix Femina Essai Elisabeth de Fontenay Gaspard de la nuit Stock

imagesPrix Goncourt Nicolas Mathieu  Prix Goncourt Nicolas Mathieu Leurs enfants après eux  Actes Sud   Lire le coup de coeur …

Prix Goncourt Lycéen David Diop  Frère d’âme Prix Goncourt des Lycéens & 1er Prix Goncourt en Chine 

Finaliste malheureux du prix Goncourt, finalement repêché par celui des lycéens, l’écrivain remporte son troisième « Goncourt », après celui des Lycéens et le Choix de l’Orient,  pour Frère d’âme . Pierre Assouline explique en quoi le Choix de la Chine est un nouveau prix important. Lire la suite …

Ca raconte Sarah  Révélés courant novembre, les choix Goncourt de la Roumanie, de la Suisse et de la Pologne ont récompensé Pauline Delabroy-Allard pour son roman Ca raconte Sarah paru aux éditions de Minuit . Livres Hebdo 26/11/18 .

La Grande librairie Janvier 2018

Chers amis,La Grande Librairie est de retour à partir du 5 septembre ! Désormais, c’est le mercredi soir que je vous donne rendez-vous, toujours à 20h50 et toujours en direct.
Je suis sincèrement très heureux de vous retrouver pour une nouvelle saison et je vous promets… bien des surprises ! Lire la suite …

Et si le meilleur moyen de comprendre le monde était de lire des romans ?

Un Hosanna H d'Ormesson

Mecredi 14 novembre 2018  Le dernier livre de Jean d’Ormesson, Un Hosanna sans fin, sort cette semaine dans la maison d’édition créée par sa fille, Héloïse. Un an après sa disparition, Jean d’Ormesson n’en finit pas de nous épater : Héloïse d’Ormesson viendra évoquer le livre-testament de son père. L’écrivain du bonheur nous invite à rêver, à espérer et à vivre. Son ultime livre s’accompagne du second volume de ses œuvres en Pléiade.


BADINTER 600eae51f4ad21189ea9134f0783fef3a940c7ec  Mercredi 31 octobre

Mercredi, je vous propose une émission spéciale avec Robert Badinter. 
Robert Badinter. Ce n’est pas l’avocat ni l’ancien ministre avec qui je m’entretiendrai mais l’écrivain. Robert Badinter publie Idiss (Fayard), récit poignant dans lequel il raconte l’histoire de sa grand-mère. L’histoire d’une famille juive dans l’Europe du XXème siècle, fuyant les pogroms de l’Empire russe pour s’installer en France et connaître une remarquable ascension sociale avant que ne vienne l’Occupation. Le jeune Robert Badinter perd sa grand-mère en 1942. Son père, Simon, sera arrêté et déporté en 1943. 
Robert Badinter reviendra aussi sur la Shoah et l’importance du travail de mémoire avec Annette Wieviorka. Lire la suite …

 

Hommage à Charles AZNAVOUR :  Pourquoi écrivez-vous ? … Ecrire
AZNAVOUR LGL
Rêver, chercher, apprendre
N’avoir que l’écriture et pour Maître et pour Dieu
Tendre à la perfection à s’en crever les yeux
Choquer l’ordre établi pour imposer ses vues
Pourfendre ….  Voir la suite
 Mercredi 25 septembre
L’écriture pour rattraper les moments perdus, c’est aussi ce qu’a réalisé Éric Fottorino. Dans Dix-sept ans (Gallimard), le journaliste et romancier plonge dans le passé de sa mère, Lina, longtemps jugée sévèrement. Jusqu’au jour où celle-ci lui révèle un terrible secret…
Je recevrai également Olivia de Lamberterie. Dans Avec toutes mes sympathies (Stock), récit consacré à son frère disparu trop tôt, la journaliste nous apprend à user de la nostalgie heureuse pour ne pas oublier. Un portrait tendre, puissant et débordant de vie.
 
Quelques Echos d’une visite au Festival America

AFFICHE2018 Festival America -400John Irving 4c3651192cf3f02ddce473fb38237fc548d7204d

Festival AMERICA  20-23 /09/18  Le Monde selon Garp de John Irving fête ses quarante ans :
Livre culte de toute une génération, manifeste pour le droit des femmes et chef-d’œuvre littéraire, Le Monde selon Garp (réédité au Seuil), qui dénonçait en 1978 le patriarcat et les discriminations sexuelles, est encore aujourd’hui d’une criante actualité.

Le Monde selon Garp, centré autour des relations orageuses et tendres entre une mère et son fils, tous deux doués d’un individualisme forcené, et tous deux écrivains, avec sa vision décalée, fantasque du quotidien, mêlant la violence au burlesque et le rire aux larmes, nous apparaît aujourd’hui dans toute sa puissance visionnaire. Ce livre mythique, qui revisite l’histoire de l’Amérique sur près de 50 ans, nous en dit encore bien plus long sur notre monde actuel que bon nombre d’œuvres contemporaines.

Prix America My Absolute darling

Gabriel Tallent a reçu  le prix America du meilleur livre américain de l’année pour « My Absolute Darling » (Gallmeister), un roman terriblement sombre, parfois insoutenable, mais toujours porté par une écriture en état de g

Plus de 600 auteurs sont attendus pour cette édition anniversaire.

Des prix seront décernés : le Prix Stanislas  (meilleur premier roman de la rentrée littéraire)

La Saison des Prix Littéraires d’automne a commencé

Prix 2018 index Estelle-Sarah Bulle, Là où les chiens aboient par la queue (Liana Levi)

Ferrari indexAson image index  Prix Littéraire Le Monde Jérôme Ferrari A son image Actes Sud  Lire Coup de


Camille Pascal Camille Pascal L’Eté des quatre rois , Grand Prix du Roman de l’Académie Française 2018

ACTUALITES   LITTERAIRES  ET   CINEMATOGRAPHIQUES

D I S P A R I T I O N S

  La BelleEric HolderEric Holder

safe_image.phple lièvre index

L’écrivain finlandais Arto Paasilinna devenu célèbre dans le monde entier grâce à son roman désabusé Le Lièvre de Vatanen, est décédé lundi 15 octobre
« En tant qu’écrivain, je veux exagérer les choses et il est plus facile de fouetter son propre peuple que d’aller fouetter chez les autres », disait ce grand écrivain finlandais auteur de 35 œuvres traduites dans le monde entier.

 

Marcellinr Loridan Marcelline L'Amour après Marceline Loridan-Ivens, « une vie pour témoigner »
Meurtrie à jamais par sa déportation à Auschwitz-Birkenau à l’âge de 15 ans, la cinéaste et écrivaine Marceline Loridan-Ivens est morte le 18 septembre à l’âge de 90 ans, au terme d’une vie passée à dénoncer l’injustice et la violence. C’est là qu’elle rencontre Simone Veil avec laquelle elle se liera. C’est l’avocat Jean Veil, fils de l’ancienne ministre, qui a annoncé son décès à l’AFP le 19/09/18
« C’est la fin d’une époque », celle des témoins de l’extermination des Juifs d’Europe par les nazis, avait-elle affirmé à l’AFP en juin 2017, après la mort de sa camarade de déportation, Simone Veil

 

philiproth Philip Roth, la mort d’un géant de la littérature américaine
L’immense romancier américain Philip Roth est mort ce 23 mai 2018 à 85 ans. Peintre incisif de l’Amérique, il est aussi un écrivain de cycles, avec des personnages emblématiques récurrents, ses doubles, souvent. Génie du roman, provocateur, adepte de l’autodérision et l’un des précurseurs de l’autofiction, il est parti sans Nobel mais restera comme l’un des plus grands romanciers .
L’œuvre de Philip Roth, comme le notait l’universitaire Paule Lévy en introduction au premier tome de la Pléiade consacrée à l’écrivain, est « réfractaire à toute tentative de catégorisation ». Elle est « extraordinairement foisonnante, protéiforme et subversive, caractérisée par l’outrance et l’excès » ; magnifiquement diverse, elle explore (presque) tous les genres, avec une liberté sidérante. quelques romans pour s’en faire une idée, et entrer dans un monde où cohabitent constamment une ironie féroce et un puissant sens du tragique.
« Ma vie d’homme » (1974, Gallimard, 1976)
« Pastorale américaine  » ( 1997, Gallimard,2001)
« La Tache » (2000, Gallimard 2002)
« Exit le fantôme » (2007, Gallimard, 2009)
« Némésis  » (2010 Gallimard, 2012) … Voir plus …

 

Festivan Etonnants 2018 FESTIVAL  ETONNANTS VOYAGEURS 2018

« Quand les écrivains redécouvrent le monde »

Pour les amoureux de littérature et de découvertes, Saint-Malo accueille, du samedi 19 au lundi 21 mai 2018, le Festival « Étonnants Voyageurs », festival international du livre et du film.
Cette année Étonnants Voyageurs fête ses 28 ans, créé en 1990, cet événement attire chaque année environ 60 000 visiteurs et vous emmène à la découverte de littératures d’ici et d’ailleurs… de l’Orient à l’Amérique Latine en passant par l’Afrique.
Comme chaque année, lectures, débats, cafés littéraires, expositions et bien sûr remise de prix seront au programme.
Venez découvrir les nouveautés littéraires et cinématographiques de 2018.

 PRIX    LITTERAIRES    PRINTEMPS    2018

Grand  Prix  Lectrices  ELLE  2018

Grand-Prix-des-Lectrices-de-ELLE-avec-Guerlain-2018-et-les-laureats-sont

Anna Hope Grand Prix ELLE Anna Hope La Salle de bal (trad. Elodie Leplat) Gallimard /Monde Lire le coup de coeur …

Passeurs de livres ELLE 34032616_10156489103180990_3266020615097679872_n Delphine Minoui Les Passeurs de livres de Daraya Seuil  Lire le coup de coeur …

Prix ELLE Polar E Dolan  Polar Eva Dolan Les Chemins de la haine Liana Levi

CPrix Lycéennes ELLE  Caroline Laurent invitée à Bourges le 7 avril 2018   Lire le coup de coeur …

Prix  France Inter  2018

Prix France inter 640_8h20bis David Lopez Fief Seuil et Leila Slimani, jury Livre Inter 2018

640_livre-inter-18-jdd3 1234 Paul Auster Actes Sud

 

Dugain KennedyLe prix Joseph Kessel du festival Etonnants Voyageurs a été attribué jeudi  3 mai à Marc Dugain pour « Ils vont tuer Robert Kennedy » (Gallimard).

Prix RTL Lire 2018 Les RêveursPrix RTL LIRE 2018 Isabelle Carré Les Rêveurs Grasset

Prix France Télévision 2018  présidé par François Busnel  décerné le 15 mars :
Prix Roman France Télévision : Michel Bernard  Le Bon Coeur  La Table ronde
Prix Essai France Télévision 2018 : Ivan Jablonka  En camping-car  Seuil 

Cercles de Lecture : Rencontres 2020

Cercles de Lecture : Rencontres 2019

  • Cercle de Lecture  : Laurence Tardieu  jeudi  11 avril 2019

plaquetteTARDIEU JpgLaurence Tardieu Cercle de Lecture Rencontre avec Laurence TARDIEU :jeudi 11 avril 2019  Salons de l’Hôtel Best Western d’Angleterre

  • Cercle de Lecture   Monica SABOLO    jeudi 6 décembre 2018 Maison des Associations 
plaquetteSUMMER 6 décembre
Cercles de Lecture : Rencontres 2018
  • Cercle de Lecture Caroline LAURENT
      samedi 7 avril 2018 14h30Salon de l’Hôtel Best Western d’Angleterre

 

pisier_laurentEt soudain la liberté Prix Duras Et soudain, La liberté ...Lire la suite

 

  • Cercle de Lecture Rebecca LIGHIERI  mardi 6 février 2018 14h30 Salon de l’Hôtel Best Western d’Angleterre

plaquetteLIGHIERI 6 février
Cercles de Lecture  2017 

  • Cercle de Lecture Alain BLOTTIERE  vendredi 15 décembre 2017 14h30

plaquetteBLOTTIERE

  • Cercle de Lecture Eric Vuillard  Jeudi 7 décembre 2017 14h30 : Amphithéâtre Complet .

plaquetteVUILLARD

La rentrée littéraire : septembre 2017  Lire la suite  ..


ÉVÉNEMENTS de La Rentrée Littéraire :
40-ans-40-romans-portait-Web-resize400x567Centre Pompidou 40 ans / 40 romans Marathon romanesque  lire la suite …

 Nancy Le Livre Sur la place maxpeopleworldtwo026854_1 la 39e édition du Livre sur la PlaceJean-Christophe Rufin , président de cette 39ème Edition, doit en effet se rendre samedi matin au centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville pour y rencontrer des détenus. L’une des bibliothèques du centre sera baptisée du nom de l’auteur. Culturebox le 8/09:17 Lire la suite …
Photos Est Républicain 9/09/17 Rufin Nothomb Nancy


 

 

PRIX LITTERAIRES RENTREE LITTERAIRE 2017 – 2018

 Esli Erdogan Prix Sde Beauvoir Aslı Erdoğan lauréate du Prix Simone-de-Beauvoir pour la liberté des femmes 2018

 Icône de la liberté en Turquie, Asli Erdogan, écrivaine et journaliste, lutte avec ses mots. En juillet 2016 elle a été arrêtée et emprisonnée pendant 136 jours, accusée de « crime », celui de « Destruction de l’unité de l’Etat ». « Me voilà en prison pour avoir cru à des mots tels que vérité et paix » a dit Asli Erdogan.

Paul Auster  Paul Auster remporte le Prix du livre étranger JDD/France Inter pour son ouvrage 4321 publié aux éditions Actes Sud.

PRIX  GONCOURT  2017

Prix Goncourt Eric Vuillard images

Eric Vuillard L'Ordre du jour index Eric Vuillard 6 novembre 

PRIX  NOBEL 2017
Ishiguro Prix NOBEL XVMb0a3d02e-a9d8-11e7-8403-06c244c9f37f  Kazuo Ishiguro
Né en 1954 au Japon, à Nagasaki, ville martyre rasée par la bombe H en 1945, Kazuo Ishiguro est arrivé en 1960 en Grande-Bretagne où son père,  était amené à travailler. Son oeuvre témoigne de cette double culture. Auteur des Vestiges du jour, Auprès de moi toujours,  adaptés avec succès au cinéma, « a révélé, dans des romans d’une puissante force émotionnelle, l’abîme sous notre illusoire sentiment de confort dans le monde », a commenté en français la secrétaire perpétuelle de l’Académie suédoise, Sara Danius, en annonçant le nom du lauréat du Nobel de littérature. 

 
 
Prix CBPT   Laurent Mauvignier Continuer Ed de Minuit
Mauvignier
 
 
Amélie Nothomb Riquet à la houppe  Amélie Nothomb 
que nous avons eu le bonheur de recevoir à Bourges, pour présenter Riquet à la houppe, son 25ème roman,  lors d’un Cercle de Lecture exceptionnel à la salle du Duc Jean  mercredi 1er février 2017 à 14h30
 

Les Mardis de la Bibliothèque : voir…

 PRIX LITTERAIRES AUTOMNE 2016  voir …Prix Littéraires automne 2016

* Cliquer sur chaque affiche pour l’avoir en plein écran.

 
D A N S    L ‘ A C T U A L I T E        D I S  P A R I T I O N S

Le monde de L’ EDITION  est en deuil :

La Nuit des Béguines  Aline Kiner Prix CBPT 2018 avec La Nuit des Béguines Liana Levi
Journaliste passionnée par l’histoire et auteure de trois romans, Aline Kiner est décédée ce lundi 7 janvier, a-t-on appris par son éditeur Liana Levi. Depuis la rentrée 2017, elle accompagnait le succès de son troisième roman, La Nuit des béguines, fresque littéraire sur le destin d’une communauté de femmes à Paris au Moyen Âge. En grand format et version poche confondus, ce dernier ouvrage s’est écoulé à plus de 60000 exemplaires.

  ****************

.

 

 

 

 

 
 
 
 
 

Ferrere Nouvelle saga 12592206_545344108954239_8539541886060352001_n  Fifrelin Bonenfant, le cimetière des indigents Nouveauté janvier 2016Pour les fans de Felide, un petit mot de son auteur Jean-Pierre Ferrère.
 » Bonjour, amis de la bibliothèque.
Je vous annonce la parution de mon petit dernier :
FIFRELIN BONENFANT aux éditions Alice Lyner le 30 Janvier.
Une nouvelle saga berrichonne, mais du XIIe siècle. » Lire la suite …

 

 
       ******************
 *********************
Résultat de recherche d'images pour "Académie française"